25 mai 2022
Clémence Barbet

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décision qui reconnaît la hiérarchie des modes de traitement à sa juste valeur.

Partager

La loi AGEC de février 2020 a inséré dans le Code de l’environnement des conditions concernant l’autorisation de nouvelles installations de tri mécano-biologique (installations TMB). A ce titre, l’autorisation de nouvelles installations de TMB, l’augmentation des capacités ou la modification notable des installations existantes est conditionnée à la généralisation du tri à la source des biodéchets par les collectivités territoriales (article L. 541-1 du code de l’environnement). 

La Fédération nationale des collectivités de compostage considérait que ces dispositions de la loi AGEC portaient atteinte au principe de libre administration et au principe d’égalité entre les collectivités territoriales. Dans sa décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a rejeté ces arguments et jugé que ces dispositions étaient tout à fait conformes à la Constitution. Les juges ont ainsi développé une argumentation favorable au respect de la hiérarchie des modes de traitement.

Pour rappel, la hiérarchie des modes de traitement est inscrite à l’article L. 541-1 du Code de l’environnement. Cette hiérarchie fait primer la prévention (1) et la réduction (2) des déchets. Ensuite, viennent la réutilisation et le réemploi (3), puis le recyclage (4), et en dernière solution l’incinération avec « valorisation énergétique » (5) et l’élimination, essentiellement incinération sans récupération d’énergie et mise en décharge (6). D’origine légale et européenne, et théoriquement contraignante, cette hiérarchie doit être appliquée notamment pour toute réglementation ou projet intéressant les déchets.

Les juges constitutionnels rappellent que les conditions que la loi a fixées ont vocation à décourager l’édification de nouvelles installations de tri mécano-biologique, au bénéfice de la généralisation du tri à la source des biodéchets. En effet, selon la loi (et bien avant elle, les ONG environnementales…), les performances de valorisation de telles installations de TMB sont insuffisantes par rapport au tri à la source. Ainsi, le Conseil constitutionnel valide indirectement le raisonnement de la loi de restreindre le recours au TMB, en raison de sa moindre efficacité environnementale au regard de la priorité de prévention des déchets.

Sur la base de ces éléments, le Conseil constitutionnel considère que par cette disposition, la loi a poursuivi l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de l’environnement. 

Qu’est ce qu’un objectif de valeur constitutionnelle ?

Les objectifs de valeur constitutionnelle énoncent des buts que le législateur doit prendre en compte lorsqu’il légifère dans un domaine. Ces objectifs sont créés par les juges constitutionnels à l’occasion de décisions. Un objectif de valeur constitutionnelle de protection de l’environnement a ainsi été dégagé par le Conseil Constitutionnel dans une décision du 31 janvier 2020.

Autrement dit, les jugent considèrent que le respect de la hiérarchie des modes de traitement permet d’assurer la protection de l’environnement. Cette considération est bienvenue, en ce que la hiérarchie des modes de traitement des déchets, bien que contraignante en théorie, est peu respectée en pratique. En effet, les acteurs privés (entreprises) et publics (gouvernement, collectivités territoriales…) privilégient trop souvent le recyclage, la valorisation ou l’élimination en aval des déchets, au détriment de leur prévention et réduction en amont. Par cette décision, les juges constitutionnels réaffirment ainsi la portée impérative de cette hiérarchie. 

Cette décision ne concerne en l’espèce que les installations de TMB, mais il est à espérer qu’elle pourra être appliquée pour d’autres installations afférentes aux déchets (incinérateurs, décharges…). Zero Waste France entend s’en emparer pour poursuivre la contestation de l’édification abusive de nouvelles installations de traitement des déchets. 

Plus globalement, une telle décision pourra être utilisée pour contester tout projet ou toute réglementation privilégiant le traitement des déchets, plutôt que leur prévention et réduction.

à la une
30 juin 2022

Et si le pouvoir d’achat devenait pouvoir de réparation ?

« Zéro déchet » doit aussi rimer avec justice sociale : Zero Waste France, soutenue par trois autres organisations environnementales, milite pour que la réparation des objets soit moins coûteuse p[...]

29 juin 2022

3 nouvelles missions en service civique !

Vous cherchez une mission en service civique ? Rejoignez notre équipe pour nous aider à faire avancer la démarche zéro déchet, zéro gaspillage et à faire grandir notre mouvement !

22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]