A Fribourg, la guerre aux gobelets jetables est déclarée

320 000 gobelets de café jetables sont distribués chaque heure en Allemagne. Une catastrophe écologique à laquelle la ville de Fribourg veut répondre avec le lancement d'un gobelet réutilisable.

Partager

Starbucks, McCafé, Costa Coffee… Les gobelets de café jetables sont responsables de l’émission de 83 000 tonnes de CO2 par an en Allemagne. Pour réduire ce gaspillage, la ville de Fribourg teste depuis quelques semaines un système alternatif de gobelets réutilisables, la Freiburg Cup.

2,8 milliards de gobelets jetés chaque année en Allemagne

Avec environ 320 000 gobelets jetables distribués chaque heure dans tout le pays (soit 2,8 milliards chaque année), l’Allemagne est bien devenue une nation de buveurs de café… nomades. Mais ce sont autant de déchets qui ne seront pas recyclés. En effet, les gobelets utilisés sont composés de carton auquel s’ajoute une couche de plastique, nécessaire à leur étanchéité. Il est donc difficile de séparer ensuite ces deux matériaux pour les recycler, d’autant plus que le gobelet est très souvent accompagné d’un couvercle, voire d’une paille.

Un impact environnemental considérable pour ces gobelets dont la durée moyenne d’utilisation est d’environ 15 minutes. La problématique des gobelets jetables est relativement nouvelle pour les villes allemandes, qui doivent faire face depuis une dizaine d’années à une explosion de ce nouveau flux de déchets.

10 000 Freiburg Cups disponibles dans toutes la ville

La ville de Fribourg-en-Brisgau (214 000 habitants), située dans le sud-ouest de l’Allemagne a décidé de s’attaquer à ce problème en proposant un système de gobelets réutilisables. Les amateurs de café peuvent désormais choisir la Freiburg Cup, estampillée aux couleurs de la ville, en échange d’une consigne d’un euro. 10 000 Freiburg Cups sont disponibles dans 56 points de vente (soit quatre fois plus qu’au lancement de l’opération, seulement quelques semaines après son démarrage), répartis dans toute la ville et notamment les cafés des bibliothèques universitaires.

L’état fédéral du Bade-Würtemberg a pris en charge l’achat de ces gobelets, qui ne coûtent donc rien aux commerçants qui s’engagent à les distribuer, les récupérer et les laver. Pas de coût supplémentaire non plus pour les utilisateurs, sauf s’ils perdent le gobelet réutilisable. Chaque “cup” peut être réutilisée et lavée jusqu’à 400 fois.

Mais si ce système prouve déjà son efficacité chez les commerçants l’ayant adopté, plusieurs obstacles empêchent aujourd’hui sa généralisation. La taille standard des gobelets par exemple, mais aussi la réticence des grandes chaînes comme Starbucks ou McDonald à utiliser des gobelets où leur logo n’apparaît pas. L’une des solutions serait alors d’instaurer une taxe sur les gobelets jetables, pour inciter les consommateurs à changer leurs habitudes et se tourner vers le réutilisable.

Déjà mise en place dans la ville de Tubingen (88 000 habitants), l’initiative des Freiburg Cups pourrait bien inspirer d’autres villes, à commencer par Berlin, qui consomme à elle seule 460 000 gobelets de café jetables par jour.

19 février 2020

Stoppons la vente de vaisselle jetable !

Pour contourner l’interdiction de vendre de la vaisselle en plastique jetable, certaines entreprises se contentent d’apposer sur leurs produits la mention “réutilisable”. Comment pouvons-nous agir[...]

à la une
13 février 2020

Plastique jetable vendu comme “réutilisable” : on ne laisse pas passer !

Le tour de passe-passe est simple et efficace : pour continuer à vendre de la vaisselle en plastique jetable, pourtant interdite depuis le 1er janvier 2020, certaines entreprises se sont contentée[...]

12 février 2020

Réduction des déchets dans la commande publique : ce que dit la loi anti-gaspillage (décryptage 7/7)

La loi économie circulaire modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion avale des déchets... Elle comporte égalemen[...]

12 février 2020

Décharge, incinération, tri des déchets… Ce qui change avec la loi anti-gaspillage (décryptage – 6/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien au zéro déchet... Elle réforme également certains aspects de la gestion des déchets, avec des [...]

06 février 2020

Ce que la loi anti-gaspillage va changer en matière d’information des consommateurs (décryptage – 5/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien aux alternatives. Le texte contient un article qui vise à améliorer l’informat[...]

04 février 2020

STOP PUB : la fin des flyers avec la loi anti-gaspillage ? (décryptage – 4/7)

A la suite de l’adoption de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, le dispositif légal encadrant le STOP PUB évolue. Si des avancées concrètes sont à saluer co[...]

03 février 2020

La loi anti-gaspillage renforce et précise la responsabilité élargie des producteurs (Décryptage – 3/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : information des consommateurs, lutte contre le jetable… Elle réforme également en profondeur les systèmes de Responsabilité éla[...]

23 janvier 2020

Vrac, consigne : la loi anti-gaspillage devrait encourager les alternatives aux emballages jetables (Décryptage – 2/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion des déchets... Elle clarifie et soutient aussi [...]

22 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir après la loi-antigaspillage (Décryptage 1/7)

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents