Fairphone 2 : quels atouts Zero Waste pour le smartphone équitable ?

Obsolescence programmée, condition de travail des sous-traitants, composants toxiques… Les smartphones, objets fétiches de notre siècle, sont aussi l’objet de critiques de plus en plus vive de la part des consommateurs. Lancé en 2014, le « Fairphone » proposait de changer la donne.

Partager

Cet article a été publié initialement sur le blog “Consommation Collaborative”

Obsolescence programmée, condition de travail des sous-traitants, composants toxiques… Les smartphones, objets fétiches de notre siècle, sont aussi l’objet de critiques de plus en plus vive de la part des consommateurs. Lancé en 2014, le « Fairphone » proposait de changer la donne, avec une attention accrue portée aux conditions de fabrication et à la durée de vie. Preuve que le produit répondait à une réelle attente des consommateurs, ses 60 000 exemplaires se sont vendus comme des petits pains. Au point que l’entreprise néerlandaise en imagine une deuxième version, sortie il y a trois mois !

Rien n’était pourtant écrit. «Fairphone était d’abord conçu seulement comme une campagne de sensibilisation aux impacts sociaux et environnementaux des produits électroniques», raconte Bibi Bleekemolen, en charge de l’impact et de l’innovation depuis le début de l’aventure, de passage à Paris pour le salon Produrable. Mais Fairphone prend un tournant décisif en 2012. L’équipe décide alors de s’essayer à la production, non sans avoir testé son marché via une campagne de crowdfunding qui, en 3 semaines seulement, assure la prévente de 10 000 téléphones. Le reste s’écoule rapidement.

Marge de Manoeuvre

Malgré le succès de cette première fournée, la firme essuie des critiques, notamment au sujet du fournisseur chinois avec lequel elle a noué un partenariat. «Comme nous partions d’un modèle de téléphone existant, nous n’avions qu’une faible marge de manoeuvre sur la réduction des impacts sociaux et environnementaux que nous dénoncions depuis 2010», reconnaît Bibi Bleekemolen. Ce que beaucoup de consommateurs engagés ne manquent pas de souligner.
Pour aller plus loin, l’équipe décide donc de prendre la main sur le design complet du téléphone – ce qui implique des investissements beaucoup plus lourds. Outre la phase de conception, coûteuse, tous les composants ont du être préfinancés avant de passer sur la ligne d’assemblage finale. Pari relevé grâce à un prêt bancaire et une nouvelle campagne de préventes : «Fairphone tient en effet à son indépendance, et fait le choix de ne pas ouvrir son capital aux investisseurs», explique Bibi Bleekemolen. De l’extraction des matières premières en Afrique à l’assemblage en Asie, l’équipe multiplie les voyages pour nouer des partenariats et s’assurer des conditions de travail des sous traitants.

Modularité et Réparabilité

« Conçu pour être ouvert », le nouveau Fairphone 2 a remporté l’adhésion de la communauté IFixit pour son haut niveau de réparabilité. «L’utilisateur est incité à ouvrir le produit, à découvrir les dessous de sa conception et de sa fabrication», résume la chargée d’innovation. Il suffit de détacher la coque plastique à la main pour accéder au coeur de l’appareil. Les pièces détachées sont disponibles directement sur la boutique en ligne et il ne faut rien de plus qu’un tournevis classique pour changer la batterie, le module appareil photo, le micro, etc.
Cet assemblage modulaire permet aussi de faire évoluer l’appareil sans avoir à remplacer l’ensemble du produit. Par exemple, un nouveau module d’appareil photo sera développé l’an prochain, et les plus exigeants en la matière pourront en faire l’acquisition sans changer de téléphone.

Ce qui, du point de vue de l’utilisateur, représente une simplification extraordinaire et attendue, a été l’une des principales difficultés à surmonter dans le travail de Fairphone vis à vis de ses sous-traitants. «La modularité n’est malheureusement pas la norme et les fabricants ont du former spécifiquement les équipes de leurs lignes d’assemblage pour qu’ils puissent appliquer le cahier des charges Fairphone», explique Bibi Bleekemolen

Réglementations Européennes

La phase de conception a permis de s’attaquer aux problématiques environnementales essentielles de durabilité et de cycle de vie du Fairphone. «Sur les aspects sociaux, liés notamment aux phases d’extractions des matériaux et de fabrication des composants, beaucoup reste à faire», reconnaît Bibi Bleekemolen. L’équipe Fairphone complète ainsi progressivement le «mapping» (tracage) des quelques 200 éléments constitutifs du téléphone et des matériaux utilisés, et commence tout juste à développer des relations étroites avec ses sous-traitants, permettant d’introduire plus d’exigences sociales.

N’ayant pas le poids commercial d’un Samsung ou d’un Apple, Fairphone joue de son influence et de sa visibilité pour faire bouger les lignes : de plus en plus sollicité pour participer aux travaux préparatoires de futures réglementations européennes, le petit poucet de la téléphonie entend tirer vers le haut l’ensemble du secteur. « Smart ».

12 juillet 2019

A quand de la vaisselle réutilisable dans les fast-foods ?

Depuis 2017, l'association Zero Waste France est engagée dans une campagne pour réduire les quantités de déchets produits par les enseignes de la restauration rapide. L'association souhaite notamm[...]

09 juillet 2019

Deux missions en service civique pour la rentrée

Zero Waste France recherche deux volontaires en service civique pour participer à la coordination des groupes locaux et à l'animation du Défi "Rien de neuf".

05 juillet 2019

1ère Assemblée Générale du Réseau Consigne à Villeurbanne !

Lundi 1er juillet, la première Assemblée Générale (AG) du Réseau Consigne a rassemblé une cinquantaine de personnes à Villeurbanne. Porteurs et porteuses de projets, associations et entreprises so[...]

04 juillet 2019

Un livre pour révolutionner la gestion locale des déchets

A la fois manuel, manifeste et recueil d'expériences, "Territoires Zero Waste, guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets" est le nouveau livre de Zero Waste France, publié au[...]

03 juillet 2019

Un guide pour consommer autrement

Les Editions Rue de l’échiquier publient en partenariat avec Zero Waste France "Mon Défi Rien de neuf", un livre qui rappelle l’importance de changer de réflexes de consommation et qui dévoile tou[...]

03 juillet 2019

L’industrie plastique, grande gagnante du Tour de France !

Cette année, l’équipe favorite du Tour de France sera sponsorisée par le plus gros producteur de plastique vierge, INEOS. Pour Zero Waste France, cette participation d'un géant de la pétrochimie à[...]

02 juillet 2019

Secret des affaires : devant le Tribunal, Zero Waste France se joint au journal Le Monde

Le 26 juin 2019, 36 organisations dont Zero Waste France se sont jointes au recours du Monde devant le Tribunal administratif de Montreuil. En cause, les obstacles sérieux à la liberté d'informati[...]

18 juin 2019

Consigne : n’oublions pas le verre !

Alors qu'un comité de pilotage pour la mise en oeuvre de la consigne est lancé à Strasbourg, Zero Waste France rappelle l'importance de donner la priorité aux dispositifs de réutilisation des emba[...]

12 juin 2019

Soutenir Zero Waste France en naviguant sur Internet, c’est maintenant possible !

Pour nous permettre de porter nos campagnes et d'aller toujours plus loin pour une société zéro déchet, zéro gaspillage, il est maintenant possible de nous soutenir par une simple recherche Intern[...]

à la une
07 juin 2019

Loi économie circulaire : des intentions à confirmer, le plastique grand absent

La version officielle du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire a été rendue publique le 4 juin 2019. Première analyse du texte par Zero Waste France.