03 juillet 2015
Manon Cuille

Pourquoi voter pour le rapport sur l’économie circulaire

Le rapport de Sirpa Pietikäinen met en lumière des politiques à mettre en place pour développer l’économie circulaire. Il est composé de quatre volets : efficacité dans l’utilisation des ressources, politique produit, zero waste et fiscalité.

Partager

Le 17 juin dernier, la Commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire du Parlement européen a approuvé son propre rapport d’initiative intitulé “Resource Efficiency: moving towards a circular economy“ (“Efficacité dans l’utilisation des ressources : progresser vers l’économie circulaire”). Bien que ce rapport doive encore être approuvé en session plénière le 7 juillet et qu’il ne soit pas contraignant, le Parlement européen donne ici un signal fort sur ce qu’il veut voir dans le futur paquet Économie circulaire, attendu pour l’automne.

Coordonné par la députée européenne finlandaise Sirpa Pietikäinen, le rapport étudie les principaux éléments nécessaires à la mise en œuvre de l’économie circulaire et pour s’attaquer aux freins existants. Il est structuré en quatre parties : efficacité dans l’utilisation des ressources, politique produit, zero waste et fiscalité.

Améliorer de 30% l’efficacité dans l’utilisation des ressources d’ici 2030

Concernant l’efficacité dans l’utilisation des ressources, le rapport exhorte à développer des indicateurs sur l’utilisation des ressources et l’efficacité dans l’utilisation des ressources et à les généraliser dans toutes les politiques européennes. Il propose également d’inclure ces indicateurs dans le Semestre Européen [1]. D’autre part, il propose un objectif contraignant d’augmentation de l’efficacité dans l’utilisation des ressources de 30% d’ici à 2030 par rapport à 2014.

Allonger la durée de vie des produits

En matière de politique produit, le rapport d’initiative de la Commission ENVI appelle, entres autres, à la fin de l’obsolescence programmée, à l’élimination des substances toxiques dans les produits et à favoriser la réparabilité et la recyclabilité.

Interdire l’incinération des déchets recyclables et généraliser la collecte sélective des biodéchets

D’autres propositions sont pensées pour mettre l’Europe sur la voie du zero waste. Le rapport appelle ainsi à un objectif contraignant de prévention des déchets d’ici 2025, à un objectif de recyclage de 70% des déchets municipaux et de 80% des emballages d’ici 2030. Il propose également d’autres objectifs, comme la réduction des déchets marins de 50% ou du gaspillage alimentaire de 30% d’ici à 2025. La Commission ENVI exhorte également à limiter strictement l’incinération aux déchets non recyclables et non compostables d’ici à 2020. L’amélioration des instruments politiques existants, comme les filières REP, fait partie des pistes d’actions, de même que la généralisation de la tarification incitative, la taxation de l’incinération et de la mise en décharge et l’obligation de collecte sélective des biodéchets d’ici 2020.

D’autres propositions sont faites pour améliorer la gouvernance et le monitoring des politiques européennes, comme des définitions claires et partagées des “déchets municipaux” et de la méthodologie de calcul du recyclage et de la préparation au réemploi.

Instaurer un système fiscal favorisant la prévention

Dans la dernière partie, sur la fiscalité, il est suggéré de réduire la TVA sur les produits et les services qui constituent un moteur important de l’économie circulaire, comme les produits de seconde main, les activités de réparation, les produits recyclés, etc. Il souligne également l’importance de venir à bout des subventions nocives pour l’environnement, comme celles à destinées à l’incinération.

Zero Waste France salue ce rapport et appelle les députés européens à le soutenir en session plénière le 7 juillet et la Commission européenne à en prendre note.

Traduction libre d’un article de Ferran Rosa sur le site de Zero Waste Europe.

[1] Le “semestre européen” est une période de coordination des politiques structurelles, macroéconomiques et budgétaires des États membres, se déroulant chaque année pendant six mois. Il vise à permettre aux États membres de tenir compte des orientations de l’UE à un stade précoce de l’élaboration de leurs budgets nationaux et d’autres politiques économiques.

28 mai 2020

“Zéro déchet : pour les règles aussi !” – pourquoi et comment sensibiliser aux protections réutilisables ?

La journée mondiale de l’hygiène menstruelle du 28 mai 2020 est l'occasion de rappeler l'intérêt de lever les tabous autour des règles et de partager la diversité des actions mises en œuvre grâce [...]

10 mai 2020

Déconfinement : le recours massif au jetable ne doit pas être l’unique proposition

Nous appelons à débattre de l'impact environnemental des mesures prises dans le cadre du déconfinement.

05 mai 2020

Deux nouveaux recrutements !

Ça bouge dans l'équipe de Zero Waste France ! Dans le cadre de remplacements, un poste de responsable plaidoyer et un poste de directeur/directrice sont ouverts.

à la une
30 avril 2020

L’équipe de Zero Waste France grandit et se renouvelle

Il y a du mouvement dans l'équipe de Zero Waste France ! Flore Berlingen, directrice de l'association, vous explique "qui fait quoi" et dévoile deux nouveaux recrutements...

23 avril 2020

Le MEDEF s’attaque à la loi anti-gaspillage

Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositi[...]

16 avril 2020

Crise sanitaire et (zéro) déchet : questions – réponses

Peut-on continuer à mettre en oeuvre la démarche zéro déchet, zéro gaspillage pendant le confinement ? Y'a-t-il des pratiques à éviter ?

à la une
15 avril 2020

Le lobby du plastique profite de l’épidémie pour chercher un nouvel élan

Samedi 12 avril, le journal Le Monde publiait une enquête explicitant les stratégies du lobby du plastique pour tenter un retour en force à la faveur de la crise sanitaire. Il est vrai que ces der[...]

25 mars 2020

Réseau Zero Waste France : la barre des 100 groupes locaux dépassée !

Le développement exponentiel du réseau des groupes locaux Zero Waste France et de leurs actions ces derniers mois témoigne de l’intérêt grandissant des citoyens pour la démarche zéro déchet. Retou[...]

04 mars 2020

Municipales : notre analyse des programmes des candidats de 10 villes clés sur le tri des biodéchets

Zero Waste France a analysé le contenu des programmes des principaux candidats à la ville cœur des 10 métropoles françaises les plus émettrices de gaz à effet de serre (Paris, Marseille, Lyon, Lil[...]

01 mars 2020

Recrutement d’un·e chargé·e ou responsable des affaires juridiques chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France recrute un·e chargé·e ou responsables (selon niveau d'expérience) des affaires juridiques en CDI.