Les déchets au bureau, où en sommes-nous ? Les résultats de l’étude menée par Riposte Verte

Pour la 3ème édition de l'étude "Quelle gestion des déchets au bureau", Zero Waste France s'est associée à Riposte Verte pour informer sur les pratiques au bureau.

Partager

Au bureau, comme ailleurs, les enjeux liés aux déchets sont bien plus larges et à traiter bien en amont du tri et de la collecte… Même sélective ! Avec cette étude, nous souhaitons également informer sur les pratiques d’achat éco-responsable, de communication interne, de mobilisation des collaborateurs et de veille réglementaire.

Les chiffres-clés

L’enquête porte à la fois sur la connaissance de la réglementation en vigueur, les actions mises en place au sein de l’entreprise (achat responsable, recyclage) et la perception qu’ont les employés de la politique de gestion des déchets.

De manière générale, on constate que la réglementation reste encore assez mal connue. De fait, seulement “35% des entreprises recyclent le papier” et “61% recyclent les canettes et les bouteilles plastique”, alors même que l’obligation de recyclage des matériaux recyclables (papier, bois, métaux, plastique, verre) concerne toutes les entreprises qui dépassent un seuil de production de 1 100 litres de déchets par semaine.

Il est aussi à noter que seuls 43 % des organisations assurent rationaliser la taille de leur parc informatique et 63 % le parc de copieurs. Pourtant, la politique d’achat doit aussi être repensée afin d’encourager dès le départ une démarche de réduction des déchets. Enfin, le tri et la collecte restent aléatoires. Riposte Verte note ainsi : “À la question « Sur votre lieu de travail, le tri des déchets est-il mis en place ? » : 53 % répondent « Oui », 34 % « En partie » et 13 % « Non »”.

La communication interne mérite d’être renforcée. L’étude souligne que ”les messages vers les collaborateurs sont incomplets, portant plutôt sur les procédures de tri (52 %) ou une signalisation dédiée sur les bacs de tri (63 %) que sur les quantités annuelles de déchets collectés (22 %) ou leur devenir”.

Voir les résultats complets de l’étude

Les chiffres concernant les collaborateurs sont particulièrement intéressants et devraient encourager les dirigeants d’entreprise à mettre en place des solutions durables. Ainsi, ”80% des collaborateurs pensent que le tri serait meilleur avec un plan de communication interne” et ”96 % des collaborateurs sont disposés à changer certaines procédures de travail pour améliorer le système de tri”.

Beaucoup de personnes sont donc prêtes à changer mais elles attendent souvent que les instructions viennent d’en haut !

Et si nous inversions la tendance ?

Bien sûr une démarche zéro déchet en entreprise fonctionne mieux si la direction et les services de communication sont impliqués. Néanmoins, cela n’empêche pas d’agir à son niveau, la démarche pouvant aussi tout à fait partir du bas pour se diffuser !

Difficile de mettre en place le tri dans tous les bureaux si nous sommes seuls à vouloir le faire mais pour d’autres actions, chacun a le pouvoir de changer les choses. Pourquoi ne pas commencer par la pause café et apporter son propre mug ? En achetant d’occasion, cela ne coûte pas grand chose et on peut même en proposer à ses collègues !

La pause déjeuner peut permettre d’aller plus loin. Il suffit d’apporter ses couverts, d’abandonner les bouteilles d’eau pour remplir une carafe avec de l’eau du robinet, apporter une serviette de table… Pourquoi ne pas s’organiser avec ses collègues pour faire à manger à tour de rôle plutôt que d’acheter des plats tout prêts chaque midi ? Les solutions sont nombreuses et à votre portée alors lancez-vous !

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.