15 octobre 2015
Manon Cuille

Crise des déchets : la Corse au pied du mur

En Corse, les décharges débordent. Après la saison touristique, l’île a connu une crise durant le mois de septembre avec le blocage simultané de ses 3 centres de stockage des déchets. Ils n’ont pas été collectés pendant quelques jours. Aujourd’hui au pied du mur, la Corse doit s’engager dans des démarches zéro déchet, zéro gaspillage.

Partager

Faute d’anticipation, mais surtout de politique volontariste en faveur de la réduction et du tri (le syndicat de traitement des déchets corse affiche un taux de recyclage de 20%, bien en dessous de la moyenne nationale), le manque d’exutoires se fait sentir sur l’île. Durant l’été 2015, les centres de stockage de Vigianello, Prunelli et Vico ont augmenté leurs capacités d’enfouissement pour faire face à l’afflux de déchets provoqué par la saison touristique. Cette situation a été source de nuisances et de pollutions pour les riverains, et a mené au blocage temporaire des sites en septembre.

Aujourd’hui au pied du mur, la Corse peut encore faire le bon choix et transformer cette crise en levier pour devenir l’exemple inspirant de demain. Elle suivrait en ce sens la voie tracée par sa voisine, la Sardaigne, qui recycle plus de 50% de ses déchets. L’île italienne est passée de 74% de déchets enfouis en 2000 à 23% seulement en 2009 [1], et a diminué en trois ans de moitié la quantité de déchets biodégradables envoyés en décharge [2], notamment grâce à la mise en place de la collecte séparée des biodéchets. Pour permettre la réouverture de deux des trois centres d’enfouissement, le syndicat de traitement des déchets en Corse (le SYVADEC) s’est ainsi engagé la semaine dernière à mettre en œuvre « une politique forte de tri à la source qui privilégiera les déchets fermentescibles, pour atteindre une réduction de moitié des tonnages enfouis en 2020 par rapport à 2014 ».

Mais la menace des fausses solutions continue de planer. Face à l’illégalité des différents projets d’installations de stockage et de traitement des déchets[3], le président du Syvadec, le syndicat de traitement des déchets de l’île, a demandé à Ségolène Royal une dérogation à la loi Littoral afin de pouvoir agrandir la décharge de Tallone et construire une usine de traitement mécano-biologique à proximité (TMB). La ministre de l’écologie a fort heureusement refusé fermement, mais la vigilance reste de mise. D’autres acteurs appellent quant à eux à rouvrir le débat sur l’incinération, qui s’était pourtant soldé il y a quelques années par un refus des élus de l’Assemblée de Corse de s’engager dans cette voie.

La vigilance reste donc de mise, en Corse comme ailleurs. Espérons que les élus de l’île sauront faire le bon choix et permettre à leur territoire de devenir un pionnier en France des démarches « zéro déchet, zéro gaspillage » !

[1] Cour des Comptes européenne, Rapport spécial n°20, 2012.
[2] Entre 2006 et 2009, la part de déchets biodégradables enfouis sur la quantité totale de déchets biodégradables est passée de 59% à 36%.
[3] Un jugement du tribunal administratif a déclaré illégal le projet de TMB à Tallone.

12 juillet 2019

A quand de la vaisselle réutilisable dans les fast-foods ?

Depuis 2017, l'association Zero Waste France est engagée dans une campagne pour réduire les quantités de déchets produits par les enseignes de la restauration rapide. L'association souhaite notamm[...]

09 juillet 2019

Deux missions en service civique pour la rentrée

Zero Waste France recherche deux volontaires en service civique pour participer à la coordination des groupes locaux et à l'animation du Défi "Rien de neuf".

05 juillet 2019

1ère Assemblée Générale du Réseau Consigne à Villeurbanne !

Lundi 1er juillet, la première Assemblée Générale (AG) du Réseau Consigne a rassemblé une cinquantaine de personnes à Villeurbanne. Porteurs et porteuses de projets, associations et entreprises so[...]

04 juillet 2019

Un livre pour révolutionner la gestion locale des déchets

A la fois manuel, manifeste et recueil d'expériences, "Territoires Zero Waste, guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets" est le nouveau livre de Zero Waste France, publié au[...]

03 juillet 2019

Un guide pour consommer autrement

Les Editions Rue de l’échiquier publient en partenariat avec Zero Waste France "Mon Défi Rien de neuf", un livre qui rappelle l’importance de changer de réflexes de consommation et qui dévoile tou[...]

03 juillet 2019

L’industrie plastique, grande gagnante du Tour de France !

Cette année, l’équipe favorite du Tour de France sera sponsorisée par le plus gros producteur de plastique vierge, INEOS. Pour Zero Waste France, cette participation d'un géant de la pétrochimie à[...]

02 juillet 2019

Secret des affaires : devant le Tribunal, Zero Waste France se joint au journal Le Monde

Le 26 juin 2019, 36 organisations dont Zero Waste France se sont jointes au recours du Monde devant le Tribunal administratif de Montreuil. En cause, les obstacles sérieux à la liberté d'informati[...]

18 juin 2019

Consigne : n’oublions pas le verre !

Alors qu'un comité de pilotage pour la mise en oeuvre de la consigne est lancé à Strasbourg, Zero Waste France rappelle l'importance de donner la priorité aux dispositifs de réutilisation des emba[...]

12 juin 2019

Soutenir Zero Waste France en naviguant sur Internet, c’est maintenant possible !

Pour nous permettre de porter nos campagnes et d'aller toujours plus loin pour une société zéro déchet, zéro gaspillage, il est maintenant possible de nous soutenir par une simple recherche Intern[...]

à la une
07 juin 2019

Loi économie circulaire : des intentions à confirmer, le plastique grand absent

La version officielle du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire a été rendue publique le 4 juin 2019. Première analyse du texte par Zero Waste France.