15 octobre 2015
Manon Cuille

Crise des déchets : la Corse au pied du mur

En Corse, les décharges débordent. Après la saison touristique, l’île a connu une crise durant le mois de septembre avec le blocage simultané de ses 3 centres de stockage des déchets. Ils n’ont pas été collectés pendant quelques jours. Aujourd’hui au pied du mur, la Corse doit s’engager dans des démarches zéro déchet, zéro gaspillage.

Partager

Faute d’anticipation, mais surtout de politique volontariste en faveur de la réduction et du tri (le syndicat de traitement des déchets corse affiche un taux de recyclage de 20%, bien en dessous de la moyenne nationale), le manque d’exutoires se fait sentir sur l’île. Durant l’été 2015, les centres de stockage de Vigianello, Prunelli et Vico ont augmenté leurs capacités d’enfouissement pour faire face à l’afflux de déchets provoqué par la saison touristique. Cette situation a été source de nuisances et de pollutions pour les riverains, et a mené au blocage temporaire des sites en septembre.

Aujourd’hui au pied du mur, la Corse peut encore faire le bon choix et transformer cette crise en levier pour devenir l’exemple inspirant de demain. Elle suivrait en ce sens la voie tracée par sa voisine, la Sardaigne, qui recycle plus de 50% de ses déchets. L’île italienne est passée de 74% de déchets enfouis en 2000 à 23% seulement en 2009 [1], et a diminué en trois ans de moitié la quantité de déchets biodégradables envoyés en décharge [2], notamment grâce à la mise en place de la collecte séparée des biodéchets. Pour permettre la réouverture de deux des trois centres d’enfouissement, le syndicat de traitement des déchets en Corse (le SYVADEC) s’est ainsi engagé la semaine dernière à mettre en œuvre « une politique forte de tri à la source qui privilégiera les déchets fermentescibles, pour atteindre une réduction de moitié des tonnages enfouis en 2020 par rapport à 2014 ».

Mais la menace des fausses solutions continue de planer. Face à l’illégalité des différents projets d’installations de stockage et de traitement des déchets[3], le président du Syvadec, le syndicat de traitement des déchets de l’île, a demandé à Ségolène Royal une dérogation à la loi Littoral afin de pouvoir agrandir la décharge de Tallone et construire une usine de traitement mécano-biologique à proximité (TMB). La ministre de l’écologie a fort heureusement refusé fermement, mais la vigilance reste de mise. D’autres acteurs appellent quant à eux à rouvrir le débat sur l’incinération, qui s’était pourtant soldé il y a quelques années par un refus des élus de l’Assemblée de Corse de s’engager dans cette voie.

La vigilance reste donc de mise, en Corse comme ailleurs. Espérons que les élus de l’île sauront faire le bon choix et permettre à leur territoire de devenir un pionnier en France des démarches « zéro déchet, zéro gaspillage » !

[1] Cour des Comptes européenne, Rapport spécial n°20, 2012.
[2] Entre 2006 et 2009, la part de déchets biodégradables enfouis sur la quantité totale de déchets biodégradables est passée de 59% à 36%.
[3] Un jugement du tribunal administratif a déclaré illégal le projet de TMB à Tallone.

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.