15 octobre 2015
Manon Cuille

Crise des déchets : la Corse au pied du mur

En Corse, les décharges débordent. Après la saison touristique, l’île a connu une crise durant le mois de septembre avec le blocage simultané de ses 3 centres de stockage des déchets. Ils n’ont pas été collectés pendant quelques jours. Aujourd’hui au pied du mur, la Corse doit s’engager dans des démarches zéro déchet, zéro gaspillage.

Partager

Faute d’anticipation, mais surtout de politique volontariste en faveur de la réduction et du tri (le syndicat de traitement des déchets corse affiche un taux de recyclage de 20%, bien en dessous de la moyenne nationale), le manque d’exutoires se fait sentir sur l’île. Durant l’été 2015, les centres de stockage de Vigianello, Prunelli et Vico ont augmenté leurs capacités d’enfouissement pour faire face à l’afflux de déchets provoqué par la saison touristique. Cette situation a été source de nuisances et de pollutions pour les riverains, et a mené au blocage temporaire des sites en septembre.

Aujourd’hui au pied du mur, la Corse peut encore faire le bon choix et transformer cette crise en levier pour devenir l’exemple inspirant de demain. Elle suivrait en ce sens la voie tracée par sa voisine, la Sardaigne, qui recycle plus de 50% de ses déchets. L’île italienne est passée de 74% de déchets enfouis en 2000 à 23% seulement en 2009 [1], et a diminué en trois ans de moitié la quantité de déchets biodégradables envoyés en décharge [2], notamment grâce à la mise en place de la collecte séparée des biodéchets. Pour permettre la réouverture de deux des trois centres d’enfouissement, le syndicat de traitement des déchets en Corse (le SYVADEC) s’est ainsi engagé la semaine dernière à mettre en œuvre « une politique forte de tri à la source qui privilégiera les déchets fermentescibles, pour atteindre une réduction de moitié des tonnages enfouis en 2020 par rapport à 2014 ».

Mais la menace des fausses solutions continue de planer. Face à l’illégalité des différents projets d’installations de stockage et de traitement des déchets[3], le président du Syvadec, le syndicat de traitement des déchets de l’île, a demandé à Ségolène Royal une dérogation à la loi Littoral afin de pouvoir agrandir la décharge de Tallone et construire une usine de traitement mécano-biologique à proximité (TMB). La ministre de l’écologie a fort heureusement refusé fermement, mais la vigilance reste de mise. D’autres acteurs appellent quant à eux à rouvrir le débat sur l’incinération, qui s’était pourtant soldé il y a quelques années par un refus des élus de l’Assemblée de Corse de s’engager dans cette voie.

La vigilance reste donc de mise, en Corse comme ailleurs. Espérons que les élus de l’île sauront faire le bon choix et permettre à leur territoire de devenir un pionnier en France des démarches « zéro déchet, zéro gaspillage » !

[1] Cour des Comptes européenne, Rapport spécial n°20, 2012.
[2] Entre 2006 et 2009, la part de déchets biodégradables enfouis sur la quantité totale de déchets biodégradables est passée de 59% à 36%.
[3] Un jugement du tribunal administratif a déclaré illégal le projet de TMB à Tallone.

20 juillet 2022

Offre d’emploi – CDI – Responsable Administratif·ve et Financier·e

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France cherche son/sa prochain·e Responsable Administratif·ve et Financier·e pour le mois de décembre 2022.

à la une
30 juin 2022

Et si le pouvoir d’achat devenait pouvoir de réparation ?

« Zéro déchet » doit aussi rimer avec justice sociale : Zero Waste France, soutenue par trois autres organisations environnementales, milite pour que la réparation des objets soit moins coûteuse p[...]

29 juin 2022

2 nouvelles missions en service civique !

Vous cherchez une mission en service civique ? Rejoignez notre équipe pour nous aider à faire avancer la démarche zéro déchet, zéro gaspillage et à faire grandir notre mouvement !

22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]