18 juin 2019
Laura Chatel

Consigne : n’oublions pas le verre !

Alors qu'un comité de pilotage pour la mise en oeuvre de la consigne est lancé à Strasbourg, Zero Waste France rappelle l'importance de donner la priorité aux dispositifs de réutilisation des emballages, et donc de la consigne sur les bouteilles en verre.

Partager

Alors que le gouvernement lance mercredi un comité de pilotage pour la mise en oeuvre de la consigne, Zero Waste France et Zéro Déchet Strasbourg saluent l’ouverture d’un débat sur le sujet, mais appellent à inclure également dans les objectifs du dispositif le développement de la réutilisation des emballages, et donc de la consigne sur les bouteilles en verre, qui sont les plus susceptibles d’être lavées et re-remplies. Le lancement de ce comité dans la capitale alsacienne, qui a su maintenir un système de consigne pour réutilisation des bouteilles en verre unique en France, est un signal positif.

La consigne, un outil pour réduire les emballages jetables

La consigne désigne le montant payé par le consommateur au moment de l’achat d’un produit, montant qui lui sera remis si il ramène l’emballage vide en magasin. Le dispositif peut avoir différents objectifs et être mis en place sur différents types d’emballages. A l’heure actuelle, les communications ministérielles se sont cependant concentrées sur les bouteilles en plastique et les canettes métalliques. Le verre, qui présente l’avantage de pouvoir être lavé et re-rempli de nombreuses fois (20 à 50 fois dans les applications industrielles) n’est malheureusement pas évoqué.

La consigne sur le verre permet pourtant le réemploi après lavage des bouteilles, encore plus intéressant d’un point de vue environnemental que le recyclage (impact climatique réduit de 70 % par rapport au verre recyclé [1], et de 10 % par rapport au plastique PET à distance de transport équivalente [2]). Le réemploi est également intéressant sur le plan économique (les produits consignés en Alsace sont vendus en moyenne entre 10 et 25% moins cher que leur équivalent en plastique à usage unique [3]). C’est d’ailleurs bien cette consigne dans son acception “traditionnelle” (pour réemploi des emballages en verre) que les citoyens soutiennent régulièrement dans les sondages d’opinion [4], ou via des pétitions.

L’Allemagne et l’Alsace, un exemple à suivre en matière de réutilisation des emballages

Lors de son déplacement, Brune Poirson se rendra par ailleurs en Allemagne pour visiter un dispositif de consigne dans un supermarché. L’Allemagne a pris, dès l’introduction du système de consigne obligatoire en 2003, le parti de favoriser à la fois la progression des taux de recyclage et la réutilisation des bouteilles. La consigne s’applique ainsi sur les bouteilles en plastique mais également sur les bouteilles en verre, un quota national de réutilisation des emballages a été fixé, et un logo sur l’emballage indique si celui-ci est à usage unique ou réutilisable. Grâce à ces mesures, le pays a su enrayer le passage du verre réutilisable au plastique jetable pour les emballages : 43% des emballages de boisson sur le marché allemand sont lavés et remplis de nouveau plutôt que jetés.

En Alsace aussi, la consigne pour réutilisation sur les bouteilles en verre a perduré, situation unique en France. Ce sont au total plus de 25 millions de bouteilles en verre (bières, limonades, jus, eau…) qui sont vendues consignées chaque année en Alsace. Afin d’accompagner une demande de nouveau en croissance, les acteurs locaux de la consigne pour réemploi se sont fédérés au sein du réseau Alsace Consigne. Ce réseau souhaite notamment mettre en avant la dimension régionale et populaire de la consigne en facilitant sa pratique.

A l’échelle nationale, l’ADEME et CITEO se sont associés pour lancer un appel à manifestation d’intérêt visant à soutenir des projets de consigne pour réemploi des emballages en verre. Les projets sont à présenter d’ici le 30 juin : https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/REEMPLOI2019-82

[1] Source Ademe 2018

[2] Etude Carola 2018

[3] Source : Alsace consigne

[4] 88 % de la population trouvent utile de disposer de produits consignés en magasin. Source : ADEME 2018

Actualités

à la une
29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]