Club de Rome : « le climat et l’emploi, grands gagnants de l’économie circulaire »

Quarante-trois ans après le rapport “Halte à la croissance?” (Limits to Growth?), le Club de Rome, think tank international, publie cet été un rapport sur les bénéfices de la mise en place d’une économie circulaire en Europe.

Partager

Une première étude sur le cas de la Suède a été rendue public en avril, puis les économies danoise et espagnole seront analysées dans la version finale du rapport à paraître en juin/juillet. Ce rapport intermédiaire concernant le cas suédois apporte la preuve qu‘un découplage réel (ndlr la capacité d’une économie à croître sans augmenter automatiquement l’utilisation d’énergie, de ressources et donc globalement la pression environnementale) est une opportunité pour la société et les entreprises notamment en termes de lutte contre les changements climatiques et d’emploi.

Une réduction de 70% les émissions de GES suédoises

La conclusion du rapport intermédiaire est sans appel : en 2030, si les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’efficacité de l’utilisation des matières étaient augmentées significativement, les émissions de GES (Gazs à Effet de Serre) de la Suède pourraient être réduites de 70%, plus de 100 000 emplois seraient créés et 3 points de PIB gagnés. La stratégie d’utilisation efficace des matières, qui passe notamment par la prévention des déchets et des gaspillages et la maximisation de la réutilisation et du recyclage, entraînerait   à  elle  seule  une  réduction  de  10%  des émissions de GES, la création de  50 000 emplois et plus de 2 points de croissance. Fort de ces résultats, dans le contexte actuel d’urgence climatique et de crise économique, le club de Rome invite l’UE et ses Etats membres à faire de l’économie circulaire un élément essentiel des politiques de lutte contre le changement climatique, et ce, avant même la conférence sur le climat de Paris.

Des nécessaires stratégies de lutte contre le changement climatique holistes et volontaires

Pourtant, les politiques qui promeuvent réellement l’économie circulaire sont rares. Les auteurs déplorent cette situation dont l’illustration la plus récente est le retrait du “paquet économie circulaire” par la Commission Juncker. Le Club de Rome dénonce également le caractère sectoriel des politiques climatiques actuelles qui restent centrées sur l’utilisation d’énergie et négligent la question de l’utilisation des ressources malgré ses bénéfices climatiques évidents”. Il plaide pour l’élaboration de stratégies de limitation du changement climatique “holistes” qui intégreraient l’efficacité matière comme un élément clé.

Un besoin urgent de réformes structurelles… sans recourir à l’incinération

Force est de constater que les efforts accomplis ces dernières années pour améliorer notre gestion des ressources n’ont pas été suffisants. Les auteurs préconisent donc de renforcer les mesures existantes (objectifs chiffrés de recyclage, directive éco-conception, système d’échange des émissions de carbone) et de mener des réformes ambitieuses sur le long terme : objectifs spécifiques d’efficacité pour certaines matières, réforme du système de taxation et investissements ciblés. Enfin, alors que l’incinération des déchets est souvent présentée à tort comme une énergie renouvelable, le Club de Rome ne suit pas cette mode. Il insiste sur la nécessité de donner la priorité à une valorisation de la matière et invite les États à limiter et/ou à taxer l’incinération de déchets. Anders Wijkman, co-président du Club de Rome, déclarait à ce sujet que si “réduire la mise en décharge est une priorité en Europe, l’échanger contre une expansion rapide de l’incinération n’est pas une solution”.

à la une
22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]