Du champ à la poubelle: le gaspillage alimentaire pèse lourd sur le climat

Près d'un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillée chaque année. Petite mise au point sur les émissions de gaz à effet de serre induites par ce gaspillage.

Partager

Un gaspillage à tous les étages

D’après la FAO [1], un tiers de tous les aliments produits pour la consommation humaine est soit gaspillé soit jeté. Cela représente 1,3 milliards de tonnes de “déchets” par an.

En 2011, en Europe et en Amérique du Nord, les pertes alimentaires étaient de 280 à 300 kg par habitant. Du champ, où les légumes non calibrés ou abîmés sont abandonnés, à l’assiette non finie du consommateur, en passant par les déchets de transformation de l’industrie agro-alimentaire et les invendus de la grande distribution, ce gaspillage intervient à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. Si l’on impute au consommateur la responsabilité du tiers de ce gaspillage, plus de 60% de ce gâchis incombe à l’industrie agricole, agro-alimentaire et à la distribution.

Qui représente aussi des gaz à effet de serre évitables

Un bilan climatique différent selon le type d’aliment

Une étude américaine [2] montre qu’environ 42% des gaz à effet de serre produits aux États-Unis proviennent de la production, de la transformation et du transport des produits alimentaires. Si on estime qu’un tiers de ces produits ne seront pas consommés, cela représente 14% d’émissions qui auraient pu être évitées, rien que pour la phase de production et de distribution. L’impact climatique de ce gaspillage n’est cependant pas le même pour tous les aliments. Les aliments d’origine animale sont beaucoup plus émetteurs de gaz à effet de serre. La production d’un kilo de protéines de bœuf, par exemple, émet environ 30 fois plus de CO2 que celle d’un kilo de protéines de lentilles [3]. Le gaspillage alimentaire de produits animaux pèse donc beaucoup plus lourd dans ce bilan.

Et alourdi par le transport et le traitement des déchets

Il faut ensuite ajouter à cela les émissions de gaz à effet de serre liées à la gestion de ces déchets alimentaires (ou biodéchets). Il y a d’abord leur collecte et leur transport. S’il existe encore peu de données sur le bilan de la filière de collecte et de traitement des biodéchets de l’agroalimentaire et de la grande distribution, nous disposons de quelques éléments d’analyses pour les déchets des ménages. La collecte en porte-à-porte des déchets ménagers et assimilés représente en France environ 530 000 tonnes eq CO2chaque année [4].

En France, ces déchets alimentaires sont encore majoritairement enfouis ou incinérés et sont notamment responsables de 19% des émissions de méthane [5] (principalement lorsqu’ils sont mis en décharge), un gaz avec un pouvoir de réchauffement climatique 23 fois plus élevé que le CO2. En incinération, ces déchets principalement composés d’eau déséquilibrent le bilan énergétique de la combustion et sont responsables d’émissions de CO2 dites “biogéniques” [6] qui ne sont pas comptabilisées dans les bilans d’émissions de gaz à effet de serre, mais qui ont pourtant le même effet sur le climat.
Globalement, selon le WRAP [7], chaque tonne de nourriture jetée serait responsable de 4,5 tonnes de CO2.

Au-delà d’une forte dimension éthique et sociale, ce sont donc également des enjeux climatiques qui se jouent dans la réduction du gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la chaîne. La France a adopté un plan gaspillage alimentaire en 2013, qui prévoit sa réduction de moitié à horizon 2022. Suppression de la DLUO, obligation de vente de produits hors calibre à prix réduit, allégement de l’obligation de traçabilité pour que les produits laissés dans les champs puissent être récupérés, etc. : au-delà des objectifs et des incitations, ce sont des mesures concrètes et ambitieuses qui doivent être adoptées.


[1] FAO, Food wastage footprint impacts on natural ressources, 2013
[2] United States Environmental Protection Agency (EPA), Opportunities to reduce greenhouse gas emissions through materials and land management practices, Septembre 2009
[3] Environmental working groupe, Meat eater’s guide, 2013
[4] FNADE, Le secteur des déchets et son rôle dans la lutte contre le changement climatique, octobre 2008
[5] CITEPA, Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre en France, Avril 2013
[6] C’est-à-dire dont l’atome de carbone est d’origine naturelle.
[7] WRAP, The food we waste, A study of the amount, types and nature of the food we throw away in UK households, Juillet 2008

06 février 2019

Zero Waste France recrute !

Nous recherchons un profil de chargé.e de mission plaidoyer pour un CDD de 6 mois.

04 février 2019

Zero Waste France soutient l’appel pour une Constitution écologique afin de pérenniser le principe de non-régression

L'inscription du principe de non-régression dans la Constitution, qui empêcherait le Parlement de revoir les ambitions environnementales à la baisse, serait un véritable progrès du droit.

01 février 2019

Les ONG appellent les parlementaires à ne pas reculer face à la pollution plastique

A l’occasion de la première lecture du projet de Loi Pacte, les sénateurs ont adopté un amendement qui revient sur les mesures de lutte contre la pollution plastique adoptées dans la loi EGalim. S[...]

24 janvier 2019

Avancée inédite dans la lutte contre le jetable, à Berkeley (Etats-Unis)

Cette nuit, le Conseil municipal de Berkeley a voté à l’unanimité une délibération visant à limiter les récipients jetables, aujourd’hui massivement utilisés pour la vente à emporter.

22 janvier 2019

Le Conseil d’État rejette le recours des industriels contre le décret interdisant la vaisselle jetable

Le Conseil d'État rappelle que la priorité est à la prévention et à la réduction de la production des déchets : une décision prometteuse confirmant la marge de manœuvre laissée aux pouvoirs législ[...]

10 janvier 2019

« Les Héros du Zéro Déchet » : un guide pour les enfants

Un livret pédagogique pour sensibiliser les enfants à la pollution des déchets et les embarquer dans l'aventure du zéro déchet !

04 janvier 2019

Isséane : ce qui se cache derrière la vitrine française de l’incinération

Visitée par de nombreuses délégations françaises et étrangères, l'usine "Isséane" est présentée comme un modèle de gestion des déchets. En voici un décryptage des principaux éléments de langage.[...]

04 janvier 2019

Isséane : what’s hidden behind the French showcase of incineration

Visited by many French and foreign delegations, the "Isséane" plant is presented as a model of waste management. Here is a decryption of its mains language elements.

à la une
02 janvier 2019

En 2019, le Défi « Rien de neuf » passe à l’échelle

Objectif : 100 000 personnes qui s'engagent à acheter le moins d'objets neufs possible pendant un an !

22 décembre 2018

Loi de finances 2019 : la réforme de la fiscalité des décharges et des incinérateurs est adoptée

Portée par Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017, actée dans la feuille de route pour l'économie circulaire en avril 2018, la réforme de la taxe générale sur les activités polluantes ([...]