29 août 2017
Thibault Turchet

Un village d’Ardèche collecte les biodéchets pour les composter en plein champ

En Ardèche, le village de Lagorce expérimente un dispositif original qui combine collecte séparée des biodéchets et compostage de surface.

Partager

D’ici 2025, l’ensemble de la population devra disposer d’une solution de tri à la source pour les biodéchets, qui représentent 1/3 de nos poubelles. Si une collecte séparée semble incontournable en milieu urbain dense, le compostage de proximité peut être privilégié dans les milieux ruraux ou semi-urbains (voir notre dossier complet). Et il n’existe pas une manière unique de recycler les biodéchets. En Ardèche, le village de Lagorce expérimente un dispositif original qui combine une collecte séparée et une méthode de valorisation appelée “compostage de surface”.

Un modèle de gestion en circuit « ultra-court »

Le projet a été lancé en avril 2017 par Vigi-Nature, une association créée quinze ans plus tôt pour lutter contre un projet de décharge. L’association a décidé d’orienter son action vers la “fraction fermentescible des ordures ménagères”, c’est-à-dire les biodéchets, pour détourner cette fraction de l’enfouissement. Jugeant insuffisantes les politiques d’incitation au compostage individuel ou collectif, elle décide d’expérimenter pour deux ans un modèle innovant de collecte séparée.

Il s’agit d’un modèle à échelle très réduite, et donc en circuit “ultra-court”. C’est simple : trois fois par semaine, une personne de l’association collecte les biodéchets d’une trentaine d’habitants et de quelques commerces à l’aide d’un vélo muni d’une carriole. Les participants ont au préalable déposé leurs biodéchets dans un bioseau fourni par le SICTOBA (Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères de la Basse Ardèche).

Pourquoi trois fois par semaine ? Parce qu’il est important que les biodéchets soient collectés rapidement, et donc régulièrement, afin qu’ils ne fermentent pas. En effet, ils sont valorisés avec une technique un peu particulière, qui ne répond pas aux même règles que le compostage industriel…

Une méthode de valorisation originale : le compostage de surface

Les biodéchets collectés par Vigi-Nature sont acheminés vers une parcelle de maraîchage où ils sont étalés sur moins de 5 cm d’épaisseur. Cette technique dite de “compostage de surface” diffère du compostage “en tas” classique qui repose sur la fermentation de matière organique à haute température. Après avoir été étalés, les biodéchets sont recouverts d’un mulch (ou “couverture de sol”) dont l’utilité est d’empêcher les odeurs et la pollution visuelle, mais aussi d’apporter le carbone nécessaire à la bonne digestion des matières azotées. Au bout de deux mois seulement, on obtient de l’humus, et le sol a ainsi été enrichi grâce aux biodéchets des ménages !

Cette expérimentation est suivie par un pédologue (spécialiste de la formation et de l’évolution des sols) qui étudie notamment l’évolution du taux de matière organique dans la parcelle. En principe, le taux de recyclage de la matière est plus élevé qu’avec le compostage en tas, dans lequel une partie de l’énergie contenue dans la matière organique est dissipée sous forme de chaleur.

Avec ce projet dont le budget annuel est de 15 000 €, Lagorce nous rappelle qu’en matière de tri à la source des biodéchets, les solutions ne manquent pas. Tout est une question d’adaptation au territoire : ce modèle serait bien sûr difficile à mettre en place dans une grande ville. Alors que dans un village comme Lagorce, il peut être bénéfique pour l’environnement non seulement en termes de réduction des déchets mais aussi d’agriculture et de réduction des pollutions liées au transport !

17 juin 2021

La loi Climat en discussion au Sénat

Un mois après que l’Assemblée nationale a rendu sa version du projet de loi Climat, c’est au tour des sénateurs et sénatrices de plancher sur le texte. Alors, bonnes ou mauvaises nouvelles sur le [...]

04 juin 2021

La loi change, les habitudes aussi : adieu gobelets jetables !

Du 12 au 26 juin 2021, Zero Waste France et son réseau de groupe locaux organisent un marathon de sensibilisation des commerçant‧es pour les inciter à la réduction des déchets.

31 mai 2021

Le lobby du papier-carton vent debout contre l’obligation de réemployable en restauration rapide

Après Copacel il y a quelques mois, c’est au tour de Revipac de vanter les vertus écologiques des emballages à usage unique en papier-carton à grand renfort d’analyses de cycle de vie. Une manière[...]

17 mai 2021

Les recommandations de Zero Waste France pour des Régions engagées dans la réduction des déchets

Les 20 et 27 juin 2021, se dérouleront les élections régionales. A cette occasion, Zero Waste France tient à formuler ses recommandations aux candidats et candidates en rappelant le rôle primordia[...]

à la une
17 mai 2021

Matinée technique : soutenir les initiatives de consigne pour réemploi sur son territoire

Zero Waste France et le Réseau Consigne organisent le 24 juin une matinée d’échanges et de retours d’expérience sur les initiatives locales de consigne pour réemploi, et le rôle que peuvent jouer [...]

12 mai 2021

Élections régionales 2021 : comment les Régions peuvent-elles agir en matière de réduction des déchets ?

Si les Régions détiennent la compétence de planification des déchets, leur rôle est aussi d'impulser des filières de réemploi et réparation, de former les élu·e·s et les professionnel·le·s du terr[...]

30 avril 2021

Loi Climat : une régulation de la publicité insuffisante malgré quelques avancées

Le 17 avril 2021, l’Assemblée nationale a achevé l’examen en première lecture du projet de loi Climat et résilience. Les dispositions du texte relatives à la régulation de la publicité s’avèrent l[...]

29 avril 2021

Les démarches zéro déchet créent davantage d’emplois que l’élimination des déchets

Selon un rapport de l’ONG Gaïa, le secteur de la réparation crée 3 fois plus d’emplois que le secteur du recyclage, qui crée lui-même 50 fois plus d’emplois que l’élimination des déchets. Un rappo[...]

26 avril 2021

L’incinération est exclue du registre des investissements “verts” établi par l’Union européenne

Le 21 avril 2021, la Commission européenne a publié sa taxonomie “verte”, un registre qui définit les domaines dans lesquels les investissements sont considérés comme durables. La bonne nouvelle :[...]

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]