29 août 2017
Thibault Turchet

Un village d’Ardèche collecte les biodéchets pour les composter en plein champ

En Ardèche, le village de Lagorce expérimente un dispositif original qui combine collecte séparée des biodéchets et compostage de surface.

Partager

D’ici 2025, l’ensemble de la population devra disposer d’une solution de tri à la source pour les biodéchets, qui représentent 1/3 de nos poubelles. Si une collecte séparée semble incontournable en milieu urbain dense, le compostage de proximité peut être privilégié dans les milieux ruraux ou semi-urbains (voir notre dossier complet). Et il n’existe pas une manière unique de recycler les biodéchets. En Ardèche, le village de Lagorce expérimente un dispositif original qui combine une collecte séparée et une méthode de valorisation appelée “compostage de surface”.

Un modèle de gestion en circuit « ultra-court »

Le projet a été lancé en avril 2017 par Vigi-Nature, une association créée quinze ans plus tôt pour lutter contre un projet de décharge. L’association a décidé d’orienter son action vers la “fraction fermentescible des ordures ménagères”, c’est-à-dire les biodéchets, pour détourner cette fraction de l’enfouissement. Jugeant insuffisantes les politiques d’incitation au compostage individuel ou collectif, elle décide d’expérimenter pour deux ans un modèle innovant de collecte séparée.

Il s’agit d’un modèle à échelle très réduite, et donc en circuit “ultra-court”. C’est simple : trois fois par semaine, une personne de l’association collecte les biodéchets d’une trentaine d’habitants et de quelques commerces à l’aide d’un vélo muni d’une carriole. Les participants ont au préalable déposé leurs biodéchets dans un bioseau fourni par le SICTOBA (Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères de la Basse Ardèche).

Pourquoi trois fois par semaine ? Parce qu’il est important que les biodéchets soient collectés rapidement, et donc régulièrement, afin qu’ils ne fermentent pas. En effet, ils sont valorisés avec une technique un peu particulière, qui ne répond pas aux même règles que le compostage industriel…

Une méthode de valorisation originale : le compostage de surface

Les biodéchets collectés par Vigi-Nature sont acheminés vers une parcelle de maraîchage où ils sont étalés sur moins de 5 cm d’épaisseur. Cette technique dite de “compostage de surface” diffère du compostage “en tas” classique qui repose sur la fermentation de matière organique à haute température. Après avoir été étalés, les biodéchets sont recouverts d’un mulch (ou “couverture de sol”) dont l’utilité est d’empêcher les odeurs et la pollution visuelle, mais aussi d’apporter le carbone nécessaire à la bonne digestion des matières azotées. Au bout de deux mois seulement, on obtient de l’humus, et le sol a ainsi été enrichi grâce aux biodéchets des ménages !

Cette expérimentation est suivie par un pédologue (spécialiste de la formation et de l’évolution des sols) qui étudie notamment l’évolution du taux de matière organique dans la parcelle. En principe, le taux de recyclage de la matière est plus élevé qu’avec le compostage en tas, dans lequel une partie de l’énergie contenue dans la matière organique est dissipée sous forme de chaleur.

Avec ce projet dont le budget annuel est de 15 000 €, Lagorce nous rappelle qu’en matière de tri à la source des biodéchets, les solutions ne manquent pas. Tout est une question d’adaptation au territoire : ce modèle serait bien sûr difficile à mettre en place dans une grande ville. Alors que dans un village comme Lagorce, il peut être bénéfique pour l’environnement non seulement en termes de réduction des déchets mais aussi d’agriculture et de réduction des pollutions liées au transport !

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]