Zéro déchet : le service des clients dans leurs contenants réutilisables progresse

A Paris, le 7 mars 2019 - Emblématique du mode de vie zéro déchet, le geste consistant à demander à son commerçant d'être servi dans son emballage personnel réutilisable progresse !

Partager

Depuis 2014, plusieurs centaines de commerces de proximité soutenant cette pratique pour éviter la production de plastique jetable ont été référencés par les groupes locaux Zero Waste partout en France. Et ce geste simple pourrait se généraliser demain aux enseignes de la grande distribution : le groupe Carrefour a en effet indiqué cette semaine que désormais, dans tous ses magasins, les clients peuvent demander à être servis dans leurs contenants aux rayons à vente assistée (fromagerie, charcuterie, etc.). Régulièrement alertée par des citoyens faisant l’expérience de refus dans les magasins de la grande distribution, Zero Waste France appelle dans une lettre ouverte les autres enseignes à accepter et encourager cette pratique, par exemple en accordant des réductions aux clients apportant leur propre contenant réutilisable.

Une pratique emblématique du zéro déchet qui progresse

Depuis des années, demander à être servi dans son contenant constitue un geste simple pour réduire les déchets d’emballages. Zero Waste France, à travers sa campagne « mon commerçant zéro déchet » lancée en 2014, encourage et documente cette pratique.

Force est de constater que les commerçants de proximité comme les citoyens sont prêts : grâce à un portage fort des groupes locaux Zero Waste, ce sont par exemple plus de 145 commerçants à Lille, 140 à Lyon et 120 à Strasbourg qui ont apposé un autocollant en vitrine signifiant qu’ils acceptent les contenants propres et secs de leurs clients. Moyennant quelques bonnes pratiques rappelées dans cet article récapitulant la réglementation, cette tendance est encouragée par les services du Ministère de l’agriculture ainsi que l’Ademe.

Zero Waste France salue donc la décision de l’enseigne Carrefour qui, après une phase de test en 2018, a décidé de généraliser cette pratique dans tous ses magasins et d’en informer largement sa clientèle.

Selon Laura Châtel, responsable du plaidoyer, « chaque année, nous consommons en France près de 100 milliards d’unités d’emballages plastiques jetables et le secteur de la vente à emporter est en pleine croissance, augmentant encore les quantités de déchets plastiques jetables produits. Faire évoluer les pratiques des consommateurs et des commerces en la matière est donc une priorité pour lutter contre la pollution plastique. Plus ce geste sera facile à adopter par les citoyens, et récompensé par les commerces, plus la pratique pourra se généraliser rapidement ».

Une lettre ouverte aux grandes enseignes pour leur demander de s’aligner

Que de telles pratiques considérées comme inhabituelles deviennent la norme : voilà le défi à relever pour réduire considérablement notre usage du plastique jetable dans les prochaines années. C’est pourquoi Zero Waste France a décidé d’adresser une lettre ouverte aux autres poids lourds de la distribution, que sont E. Leclerc, Intermarché, Super U, Casino et Auchan.

Il est donc urgent que les enseignes du secteur acceptent l’apport des contenants réutilisables personnels, et en informent largement leur clientèle afin de toucher un public plus large. Au-delà de l’information, Zero Waste France préconise également de récompenser cet effort des clients en offrant par exemple des réductions aux consommateurs apportant leur propre emballage, synonyme d’économie pour les commerces qui doivent pour l’instant acheter les emballages jetables.

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.