16 décembre 2014
Thibault Turchet

Dois-je payer la redevance d’enlèvement des ordures ménagères si je ne produis aucun déchet?

Il est possible d'être exonéré de REOM lorsque aucune utilisation du service collectif d'enlèvement des déchets n'est faite, et qu'il existe une traçabilité de l'élimination des déchets éventuellement produits.

Partager

De plus en plus de foyers parviennent à réduire drastiquement voire supprimer toute production de déchets et de ce fait, sollicitent peu voire pas le service public d’enlèvement des ordures ménagères. Mais ces foyers se voient souvent obligés de payer la taxe (TEOM) ou redevance (REOM) d’enlèvement des ordures ménagères, qui même lorsqu’elle est incitative, leur semble trop importante au regard de l’utilisation, nulle, qu’ils font du service. Faisons le point en droit.

Une exonération de la redevance pour les foyers ne produisant pas de déchets

Un foyer qui ne produit pas de déchets, n’a pas à payer la REOM si deux conditions sont remplies (NB : ne s’applique pas aux territoires soumis à la TEOM) :

  • la non-utilisation complète du service public de collecte des ordures ménagères ;
  • la preuve par le foyer que l’élimination des déchets éventuellement produits se fait dans les conditions prévues par la législation en vigueur (pas de pollution, ni dégradation des milieux ou autres effets nocifs, etc.).

Rappelons que la REOM est, par définition une redevance, c’est-à-dire qu’elle est payée en échange d’un service rendu par la collectivité. En l’absence de service rendu, en somme si le service n’est pas utilisé par un foyer, il est logique qu’aucune redevance ne soit demandée.

Un exonération difficile à obtenir

Néanmoins, une telle exonération peut être difficile à obtenir dans les faits. D’une part, il ne faut pas du tout utiliser le service collectif de collecte des déchets dans toutes ses composantes et de façon absolue : cela exclut donc a priori le dépôt même minime de déchets dans les déchetteries, dans des bacs d’apport volontaire ou autres centres de tri publics.

D’autre part, en l’état du droit, les foyers doivent prouver que l’élimination des déchets éventuellement produits se fait dans le respect de la législation en vigueur.Dans les faits, les particuliers appliquant une démarche zero waste rapportent parfois des emballages en magasin, revendent des matériaux ou encore compostent leurs biodéchets. Ils doivent alors rassembler un maximum de preuves permettant de démontrer que ces déchets, quand ils sont donnés ou vendus à un tiers, suivent des filières de traitement légales, ce qui peut s’avérer particulièrement difficile en pratique.

Ces deux conditions permettant de s’exonérer du paiement de la REOM sont donc particulièrement strictes, puisqu’il convient de ne pas utiliser même indirectement (via notamment les déchetteries) le service collectif d’enlèvement des ordures ménagères, et surtout de récolter des informations sur les filières empruntées par les déchets résiduels.

Comment procéder pour faire valoir son droit à l’exonération?

De plus amples précisions devraient être apportées à l’avenir avec la multiplication des foyers zero waste, et la multiplication des litiges à ce sujet. Nous préconisons évidemment avant tout contentieux, un rapprochement amiable et pédagogique avec les collectivités concernées, qui peuvent parfois être dubitatives quant à réalité d’une démarche zéro déchet, zéro gaspillage.

Nous vous invitons à partager votre expérience à ce sujet dans les commentaires. Les foyers qui se lancent dans une telle démarche sont des pionniers et leur partage d’expérience est essentielle pour que d’autres puissent suivre.

19 février 2020

Stoppons la vente de vaisselle jetable !

Pour contourner l’interdiction de vendre de la vaisselle en plastique jetable, certaines entreprises se contentent d’apposer sur leurs produits la mention “réutilisable”. Comment pouvons-nous agir[...]

à la une
13 février 2020

Plastique jetable vendu comme “réutilisable” : on ne laisse pas passer !

Le tour de passe-passe est simple et efficace : pour continuer à vendre de la vaisselle en plastique jetable, pourtant interdite depuis le 1er janvier 2020, certaines entreprises se sont contentée[...]

12 février 2020

Réduction des déchets dans la commande publique : ce que dit la loi anti-gaspillage (décryptage 7/7)

La loi économie circulaire modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion avale des déchets... Elle comporte égalemen[...]

12 février 2020

Décharge, incinération, tri des déchets… Ce qui change avec la loi anti-gaspillage (décryptage – 6/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien au zéro déchet... Elle réforme également certains aspects de la gestion des déchets, avec des [...]

06 février 2020

Ce que la loi anti-gaspillage va changer en matière d’information des consommateurs (décryptage – 5/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien aux alternatives. Le texte contient un article qui vise à améliorer l’informat[...]

04 février 2020

STOP PUB : la fin des flyers avec la loi anti-gaspillage ? (décryptage – 4/7)

A la suite de l’adoption de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, le dispositif légal encadrant le STOP PUB évolue. Si des avancées concrètes sont à saluer co[...]

03 février 2020

La loi anti-gaspillage renforce et précise la responsabilité élargie des producteurs (Décryptage – 3/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : information des consommateurs, lutte contre le jetable… Elle réforme également en profondeur les systèmes de Responsabilité éla[...]

23 janvier 2020

Vrac, consigne : la loi anti-gaspillage devrait encourager les alternatives aux emballages jetables (Décryptage – 2/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion des déchets... Elle clarifie et soutient aussi [...]

22 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir après la loi-antigaspillage (Décryptage 1/7)

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents