09 novembre 2021
Théo Céraline

Top 10 des pires pollueurs plastiques 2021 : comme un air de déjà-vu

Le mouvement Break Free From Plastic a récemment publié son audit de marques 2021 qui établit le top 10 des plus grands pollueurs plastique dans le monde. Sans surprise, Coca-Cola Company maintient sa première place. A noter en prime : Unilever, nouveau venu sur le podium, se trouve également être un partenaire officiel de la COP26.

Partager

Le mouvement Break Free From Plastic créé en 2016, rassemble plus de 11000 organisations non-gouvernementales, citoyennes et citoyens bénévoles à travers le monde, qui exigent des réductions massives des plastiques à usage unique et font pression en faveur de solutions durables à la crise de la pollution plastique.

Il organise depuis 2018 des campagnes “d’audit de marques” en identifiant et recensant celles-ci parmi des stocks de déchets plastiques collectés principalement en extérieur. Les résultats sont présentés dans un rapport annuel qui classe les marques les plus polluantes dans un top 10. Dans cette quatrième édition, plus de 11 184 bénévoles se sont mobilisé·es pour mener 440 audits à travers 45 pays et analyser plus de 330 493 morceaux de plastique.

le rapport complet (en anglais)

Parmi les 7 762 sociétés-mères identifiées lors de l’audit, les dix plus gros pollueurs plastiques sont (roulements de tambour) …

  1. Coca Cola Company
  2. PepsiCo
  3. Unilever
  4. Nestlé
  5. Procter & Gamble
  6. Mondelëz International
  7. Philip Morris International
  8. Danone
  9. Mars, Inc.
  10. Colgate-Palmolive

Il est intéressant de noter que Coca Cola Company atteint un nombre total de déchets plastiques supérieur aux deux résultats combinés de PepsiCo et Unilever, et ce malgré les engagements de la marque en 2018 à collecter une bouteille plastique pour chaque bouteille vendue. Le rapport souligne ainsi la limite des engagements volontaires pris par les  acteurs privés et dénonce par ailleurs le fossé entre leurs investissements publicitaires, marketings et les investissements dédiés aux alternatives de distribution privilégiant le réemploi.

Pourquoi interpeller les marques polluantes ?

Les acteurs économiques et plus particulièrement les sociétés de produits de grande consommation (Coca-Cola, PepsiCo, Nestlé, Danone, etc.) ont une responsabilité toute particulière dans les crises actuelles de la pollution plastique et du climat. En effet, en plus de leur pollution plastique historique, leur modèle économique est basé sur une dépendance aux emballages plastiques qui permet au secteur des énergies fossiles de réorienter aujourd’hui son offre vers la pétrochimie. Ainsi, les produits pétrochimiques, matériaux de base du plastique, vont devenir le facteur principal dirigeant la demande mondiale en pétrole selon l’Agence Internationale de l’Energie (IEA) et la production de plastique devrait doubler en vingt ans si rien n’est fait. Le mouvement considère également que les entreprises possèdent une marge de manœuvre cruciale pour opérer des changements structurels nécessaires à l’atténuation des crises du plastique et du climat; puisque 69 des 100 plus grandes économies mondiales sont des entreprises et non des pays.

Quel lien entre plastique et climat ?

Ce nouvel audit de marques insiste particulièrement sur le lien entre crise du plastique et crise climatique. Entre l’extraction des combustibles fossiles, leur transport, le raffinage, la manufacture et le traitement des déchets plastiques, on oublie souvent que le cycle de vie du plastique dans son ensemble a un impact climatique considérable. D’ailleurs, si le cycle de vie total du plastique était un pays, ce serait le 5ème plus grand émetteur de gaz à effet de serre (GES) au monde et aujourd’hui le coût total des émissions de GES du cycle de vie du plastique est de 171 milliards de dollars US$

Le rapport souligne également que la crise du plastique est aussi une affaire de justice climatique, en impactant plus lourdement la jeunesse, les pays dits du Sud, les communautés à faible revenu et les personnes racisées. Ces communautés sont en effet largement plus soumises à des risques, que ce soit en termes d’exposition aux polluants chimiques nocifs issus de la production et du raffinage du plastique, du contact alimentaire avec les emballages plastiques ou encore de certains modes de traitement des déchets polluants.

Que peut-on faire face à cette crise du plastique ?

Break free from plastic rappelle que les entreprises doivent être beaucoup plus transparentes et révéler les quantités de plastique utilisées et les émissions de GES associées,  elles doivent réduire cette pollution plastique, avec des objectifs chiffrés rendus publics, et enfin réinventer la distribution de leurs produits pour rendre possible le réemploi dans des conditions saines et accessibles à tous. 

Les gouvernements de leur côté doivent réguler plus strictement les entreprises polluantes et investir dans de vraies politiques de réduction des déchets et d’alternatives de réemploi au sein des plans climatiques nationaux en évitant les fausses solutions comme l’incinération. 

Enfin, le mouvement appelle la communauté internationale, et particulièrement les membres de l’assemblée du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (UNEA) à préparer un traité international contraignant sur la pollution plastique en considérant l’ensemble du cycle de vie de celui-ci.

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]