09 novembre 2021
Théo Céraline

Top 10 des pires pollueurs plastiques 2021 : comme un air de déjà-vu

Le mouvement Break Free From Plastic a récemment publié son audit de marques 2021 qui établit le top 10 des plus grands pollueurs plastique dans le monde. Sans surprise, Coca-Cola Company maintient sa première place. A noter en prime : Unilever, nouveau venu sur le podium, se trouve également être un partenaire officiel de la COP26.

Partager

Le mouvement Break Free From Plastic créé en 2016, rassemble plus de 11000 organisations non-gouvernementales, citoyennes et citoyens bénévoles à travers le monde, qui exigent des réductions massives des plastiques à usage unique et font pression en faveur de solutions durables à la crise de la pollution plastique.

Il organise depuis 2018 des campagnes “d’audit de marques” en identifiant et recensant celles-ci parmi des stocks de déchets plastiques collectés principalement en extérieur. Les résultats sont présentés dans un rapport annuel qui classe les marques les plus polluantes dans un top 10. Dans cette quatrième édition, plus de 11 184 bénévoles se sont mobilisé·es pour mener 440 audits à travers 45 pays et analyser plus de 330 493 morceaux de plastique.

le rapport complet (en anglais)

Parmi les 7 762 sociétés-mères identifiées lors de l’audit, les dix plus gros pollueurs plastiques sont (roulements de tambour) …

  1. Coca Cola Company
  2. PepsiCo
  3. Unilever
  4. Nestlé
  5. Procter & Gamble
  6. Mondelëz International
  7. Philip Morris International
  8. Danone
  9. Mars, Inc.
  10. Colgate-Palmolive

Il est intéressant de noter que Coca Cola Company atteint un nombre total de déchets plastiques supérieur aux deux résultats combinés de PepsiCo et Unilever, et ce malgré les engagements de la marque en 2018 à collecter une bouteille plastique pour chaque bouteille vendue. Le rapport souligne ainsi la limite des engagements volontaires pris par les  acteurs privés et dénonce par ailleurs le fossé entre leurs investissements publicitaires, marketings et les investissements dédiés aux alternatives de distribution privilégiant le réemploi.

Pourquoi interpeller les marques polluantes ?

Les acteurs économiques et plus particulièrement les sociétés de produits de grande consommation (Coca-Cola, PepsiCo, Nestlé, Danone, etc.) ont une responsabilité toute particulière dans les crises actuelles de la pollution plastique et du climat. En effet, en plus de leur pollution plastique historique, leur modèle économique est basé sur une dépendance aux emballages plastiques qui permet au secteur des énergies fossiles de réorienter aujourd’hui son offre vers la pétrochimie. Ainsi, les produits pétrochimiques, matériaux de base du plastique, vont devenir le facteur principal dirigeant la demande mondiale en pétrole selon l’Agence Internationale de l’Energie (IEA) et la production de plastique devrait doubler en vingt ans si rien n’est fait. Le mouvement considère également que les entreprises possèdent une marge de manœuvre cruciale pour opérer des changements structurels nécessaires à l’atténuation des crises du plastique et du climat; puisque 69 des 100 plus grandes économies mondiales sont des entreprises et non des pays.

Quel lien entre plastique et climat ?

Ce nouvel audit de marques insiste particulièrement sur le lien entre crise du plastique et crise climatique. Entre l’extraction des combustibles fossiles, leur transport, le raffinage, la manufacture et le traitement des déchets plastiques, on oublie souvent que le cycle de vie du plastique dans son ensemble a un impact climatique considérable. D’ailleurs, si le cycle de vie total du plastique était un pays, ce serait le 5ème plus grand émetteur de gaz à effet de serre (GES) au monde et aujourd’hui le coût total des émissions de GES du cycle de vie du plastique est de 171 milliards de dollars US$

Le rapport souligne également que la crise du plastique est aussi une affaire de justice climatique, en impactant plus lourdement la jeunesse, les pays dits du Sud, les communautés à faible revenu et les personnes racisées. Ces communautés sont en effet largement plus soumises à des risques, que ce soit en termes d’exposition aux polluants chimiques nocifs issus de la production et du raffinage du plastique, du contact alimentaire avec les emballages plastiques ou encore de certains modes de traitement des déchets polluants.

Que peut-on faire face à cette crise du plastique ?

Break free from plastic rappelle que les entreprises doivent être beaucoup plus transparentes et révéler les quantités de plastique utilisées et les émissions de GES associées,  elles doivent réduire cette pollution plastique, avec des objectifs chiffrés rendus publics, et enfin réinventer la distribution de leurs produits pour rendre possible le réemploi dans des conditions saines et accessibles à tous. 

Les gouvernements de leur côté doivent réguler plus strictement les entreprises polluantes et investir dans de vraies politiques de réduction des déchets et d’alternatives de réemploi au sein des plans climatiques nationaux en évitant les fausses solutions comme l’incinération. 

Enfin, le mouvement appelle la communauté internationale, et particulièrement les membres de l’assemblée du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (UNEA) à préparer un traité international contraignant sur la pollution plastique en considérant l’ensemble du cycle de vie de celui-ci.

Actualités

à la une
17 janvier 2023

2023 : place à la vaisselle réutilisable dans les fast-foods !

Depuis le 1er janvier 2023, les restaurants de plus de 20 couverts doivent avoir banni la vaisselle jetable pour tous les repas servis sur place. Zero Waste France revient sur les forces et les fa[...]

16 janvier 2023

Emballages des fruits et légumes : contre le grand retour du plastique !

Près d’un an après sa mise en œuvre, l’interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique est déjà en sursis. Zero Waste France agit avec les citoyen·nes pour se prémunir d’un recul cont[...]

01 janvier 2023

Loi anti-gaspillage : quoi de neuf en 2023 ?

Bientôt trois ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, certaines de ses mesures se font encore attendre. Zero Waste France revient su[...]

13 décembre 2022

Retour sur la matinée technique du 17 novembre 2022 : « Commande publique contre déchets plastiques »

Zero Waste France et le WWF ont organisé le 17 novembre 2022 une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique e[...]

07 décembre 2022

Plaidoyer zéro déchet : journal de bord 2022

Depuis sa création en 1997, Zero Waste France se donne pour mission de faire avancer les politiques publiques pour réduire les déchets. À travers ses actions de plaidoyer, l'association vise à fai[...]

05 décembre 2022

Déchets = énergie verte : vraiment ?

Alors que l’Assemblée nationale arrive vers la fin de l’examen du projet de loi énergies renouvelables, Zero Waste France revient sur l’occasion manquée d’aligner les politiques déchets et énergie[...]

15 novembre 2022

La résistance à la fast-fashion s’organise sur tout le territoire !

SERD 2022 : du 19 au 27 novembre, les groupes locaux Zero Waste vous ont concocté un programme aux petits oignons, pour résister à la fast-fashion partout en France. Cinés-débats, jeux de société,[...]

06 octobre 2022

Zéro déchet : un livre pour en finir avec la société du tout-jetable

Dans leur nouveau livre "Déchets partout, justice nulle part. Manifeste pour un projet de société zéro déchet, zéro gaspillage", Alice Elfassi et Moïra Tourneur, toutes deux salariées de Zero Wast[...]

05 octobre 2022

Un rapport de la Cour des comptes critique la gestion des déchets en France

Ce nouveau rapport se montre sévère avec le service public de gestion des déchets ménagers en France. Il valide également une grande partie de l’analyse et des propositions de Zero Waste France.[...]

28 septembre 2022

9 entreprises mises en demeure pour non-respect du devoir de vigilance lié à leur utilisation du plastique

Surfrider Foundation Europe, ClientEarth et Zero Waste France mettent en demeure 9 géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution pour l’insuffisance de leurs actions dans la réduction d[...]