14 mai 2014
Louise Rieffel

Strasbourg : des émissions d’incinération non maitrisées

En grève le mois d’avril, le personnel de l’usine d’incinération de Strasbourg met en évidence les limites du contrôle des installations d’incinérations en France.

Partager

Des équipements de protection insuffisants

Initialement en grève pour demander de meilleures conditions de travail et surtout une meilleure protection des salariés, le personnel de l’installation d’incinération exploité par Sénerval (filiale du groupe Séché Environnement) a fait valoir son droit de retrait.

Les employés évoluent en effet sur le site avec des protections individuelles très légères (simples masques de protection) et sont exposés aux résidus d’incinération que sont les mâchefers et les REFIOMs. Selon leurs dires, on compte sur le site “30 tonnes de cendres à l’air libre chaque semaine”. Or ces substances contiennent des métaux lourds, des agents cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques qui peuvent mettre en danger leur santé.

Une installation vieillissante

Sur le site de Strasbourg, le nombre d’incidents de chaudières est passé de 5 par an à 90 en 2013 et à 15 sur les trois premiers mois de fonctionnement en 2014. La modernisation des chaudières (datant de 1974), prévue par l’exploitant, a été repoussée. Résultat : les électrofiltres qui traitent les fumées subissent la vétusté des chaudières et s’encrassent, demandant des efforts de maintenance supplémentaires.

Ces nombreux arrêts sont dus aux crevaisons des tubes des chaudières qui entraînent l’arrêt “en catastrophe” de la ligne de four concernée. Il s’ensuit l’ouverture de l’exutoire de sécurité de la chambre de combustion qui met directement à l’atmosphère, sans aucun traitement, les fumées qui résultent de la combustion imparfaite des déchets encore présents dans le four. Ainsi, la fumée mise à l’atmosphère résulte d’une combustion dégradée avec de nombreux polluants non maîtrisés et non contrôlés : du monoxyde de carbone, des dioxines, des métaux lourds et beaucoup de particules solides imbrûlées.

Des données d’exploitation faussées

Les analyses des fumées de l’installation fournies par l’exploitant aux autorités compétentes, en l’occurrence la Dreal, et celles enregistrées par le personnel seraient divergentes : les rapports mensuels transmis à la Dreal indiqueraient par exemple des arrêts de fours alors que, selon les données enregistrées par le personnel via le système de contrôle, ils resteraient en activité à ce moment. Ces émissions ne seraient donc pas comptabilisées dans les moyennes transmises à la Dreal.

Par ailleurs, “les rejets dans l’air ont dépassé les seuils autorisés”, d’après un communiqué de presse de la Préfecture du Bas-Rhin, sans que l’exploitant ne soit inquiété.
Ainsi, les émissions enregistrées (de manière continue) ont dépassé les normes maximales autorisées, parfois plus de six fois pour les poussières et plus du double pour les NOx d’après le données du personnel.
En outre, pour les polluants non mesurés en continu, il est facile d’imaginer comment des moyennes mensuelles d’émissions de polluants peuvent dissimuler des pics d’émissions courts chargés en polluants.

Un contrôle approfondi des installations a amené le Préfet à prendre des dispositions supplémentaires par un arrêté qui “met en doute la fiabilité de l’enregistrement des données environnementales”. Ces dispositions doivent renforcer les mesures à prendre à court terme avant le redémarrage des installations, imposant notamment une surveillance accrue des fours et des rejets dans l’air et un plan de maintenance préventive pour les six prochains mois.
Ironie : cet arrêté astreint l’exploitant à “justifier la conformité des rejets”…. ce qui est à l’origine une obligation pure et simple. Ce rappel à l’ordre met donc en évidence de manière certaine les failles du système actuel du contrôle des émissions par les autorités et les dangers d’une autosurveillance par les exploitants.

Actualités

à la une
11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]

06 mars 2024

Règlement européen sur les emballages : Zero Waste France et No Plastic In My Sea regrettent un texte édulcoré et insuffisant pour mettre fin au tout-jetable

Les négociations sur le règlement UE sur les emballages ont abouti lundi 4 mars 2024 sur un accord de compromis entre les États membres et le Parlement européen, mais l’accent mis sur le recyclage[...]

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]