27 avril 2017
Pauline

RecycLivre sauve vos livres de la poubelle

RecycLivre offre aux particuliers, aux entreprises, aux collectivités et aux associations un service gratuit de récupération des livres d'occasion pour leur donner une nouvelle vie.

Partager

Pour RecycLivre, le destin d’un livre dont on souhaite se séparer n’est ni la cave, ni la poubelle, même pour recyclage qui n’est pas neutre sur l’environnement puisqu’il induit la réintroduction de matières premières et de l’énergie pour les traiter et les transformer. L’objectif est de redonner vie aux livres dans leur usage premier.

Comment et qui peut donner ? Quels produits sont concernés ?

RecycLivre assure la collecte gratuite de livres à domicile que ce soit à Paris, Bordeaux, Lyon, Lille, Nantes, Strasbourg ou Toulouse, à partir de 50, 100 ou 200 livres selon la commune. CD, DVD et jeux vidéo sont également concernés. Des points de collecte partenaires sont également disponibles partout en France, recensés sur le site internet Point Livres. Ces livres sont ensuite mis en vente à petit prix sur le site de RecycLivre.

Le service s’adresse à tout type d’acteurs : particuliers, entreprises, collectivités et associations. Il apparaît comme une véritable alternative pour les bibliothèques municipales, par exemple, qui ont pour habitude de jeter régulièrement des livres au moment du “désherbage” (remplacement de livres par de nouveaux). Les bibliothèques peuvent ainsi procéder à un désherbage éco-responsable tout en finançant des projets associatifs.

Pour faire circuler des livres, RecycLivre a également créé le site Boîte à lire, un annuaire collaboratif qui permet de référencer les boîtes à lire (“give box” réservées aux livres) en envoyant la photo et son emplacement exact et de connaître la plus proche afin de déposer ou de prendre un livre. RecycLivre ne vend pas de boîtes à lire ni ne se sert dedans mais peut en revanche les alimenter à la demande. Depuis la création du site l’été dernier, 1000 boîtes à lire ont été signalées en France et dans le monde !

Pourquoi donner et achever via RecycLivre ?

Pour réduire les émissions de CO2, et ce deux manières

D’abord parce que l’activité de RecycLivre permet de détourner des livres de la poubelle en les réemployant en priorité, dans la mesure du possible. Dans le cas où les livres sont abîmés ou ne peuvent être remis en vente, RecycLivre opte pour deux autres options : le recyclage papier qui permet d’éviter l’incinération et la décharge, ou le don à des associations à la recherche d’ouvrages. Le Réseau des Ressourceries a signé un partenariat en 2016 qui permet à leurs adhérents d’améliorer la valorisation des livres tout en étant mieux rémunérés qu’avec le recyclage. 50 ressourceries ont signé ce partenariat depuis qu’il est en place.

Ensuite parce qu’au sein même de l’entreprise, un effort est fait dans ses pratiques pour réduire les émissions de CO2  : collecte en véhicule électrique, utilisation de meubles et de matériels informatiques de seconde main, calcul du bilan carbone…

Dans la même logique, RecycLivre est membre du réseau 1% pour la planète, rassemblement d’entreprises qui versent 1 % de leurs chiffre d’affaires à des organismes environnementaux partout dans le monde. Par ce biais, RecycLivre a financé pendant 2 ans le projet Nébéday, un projet de reforestation au Sénégal.

En outre, 10% du prix de vente net de chaque livre est reversé à des associations ayant des actions concrètes en faveur de l’éducation et de l’environnement. A ce jour, plus de 680 000 € ont été reversés aux associations partenaires de Recyclivre, dont 65 000€, en 2016, à l’association Lire et Faire Lire, qui lutte contre l’illettrisme.

Pour l’engagement social de RecycLivre

Pour le consommateur, l’offre d’occasion permet d’acheter des livres à petits prix, rendant la lecture accessible. Sur internet, les livres se vendent en moyenne 3€.

Concernant l’activité même de RecycLivre, la gestion du stock de livres et de leurs expéditions est prise en charge par l’entreprise d’insertion ARES, qui propose à des personnes rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi un parcours d’insertion fondé sur le travail salarié et un accompagnement social individualisé. Ainsi, 20 ETP travaillent quotidiennement pour RecycLivre.

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.