Plan régional déchets pour l’Île-de-France : la contribution de Zero Waste France

Les enquêtes publiques battent leur plein : en juillet 2019, c'était au tour du plan régional pour l'Île-de-France d'être soumis à consultation. Zero Waste France constate avec regret que ce plan présente l'incinération comme un "atout" régional.

Partager

Une contribution pour faire valoir un autre point de vue

Comme pour les Région Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Occitanie et Grand Est à date, Zero Waste France s’est attachée à lire ce plan et à adresser une contribution visant à attirer l’attention de la Commission d’enquête sur une série de remarques (disponible ici). Le cas de l’Île-de-France est toutefois particulier : le territoire, qui  compte plus de 12 millions d’habitants, pèse très lourd dans le bilan déchets de la France, et ses résultats conditionnent donc l’atteinte des objectifs légaux au niveau national.

Retrouvez notre contribution ici

En synthèse, voici nos principales remarques :

  • L’objectif de couverture du territoire francilien par la tarification incitative des déchets est en deçà de ce qui est prévu par la Loi de transition énergétique  (30% environ de la population à échéance du plan, contre un objectif de 38% à échelle nationale dans la loi). Autrement dit, on pourrait considérer que l’Ile-de-France compte sur les autres régions pour compenser son retard…
  • Le plan décale l’atteinte de l’objectif (de la loi de transition énergétique, toujours) de 65% de valorisation matière des déchets non dangereux non inertes à 2031 au lieu de 2025, et ne retient malheureusement pas la nouvelle comptabilisation européenne des déchets (qui prévoit un taux de « réemploi et recyclage » des « déchets municipaux » de 65% en 2035) ; en incluant notamment les mâchefers ou les biodéchets issus des usines de tri mécano-biologique dans l’état des lieux, il est ainsi beaucoup plus ardu de le comparer l’état à l’aune des objectifs européens
  • Si le plan fixe des recommandations intéressantes concernant les usines de tri mécano-biologique (non-concurrence avec le tri des biodéchets notamment), le plan ne marque pas de « non recommandation » claire, comme cela est prévu par la loi, à l’égard de ces projets (ce qui serait nécessaire dans le cadre de certains projets portés à l’heure actuelle, et notamment l’UVO d’Ivry-Paris 13 du Syctom)
  • Le plan indique que les taux de tri ont vocation à augmenter (biodéchets, recyclables secs…) sans néanmoins que des directives claires soient fixées concernant les exutoires (capacité des centres de tri jugée suffisante par exemple, alors même que les taux de tri actuels sont encore très faibles)
  • Le plan retient que l’incinération est un « atout » pour le territoire francilien, alors qu’il s’agit à l’heure actuelle d’un gouffre attirant des investissements colossaux de la part des syndicats de traitement, au premier rang desquels le Syctom. L’Île-de-France dispose du plus gros parc d’incinérateurs (18) en France, alors même que le ratio d’ordures ménagères résiduelles par habitant est plus élevé qu’ailleurs (il s’agit du plus gros flux de déchets incinérés)
  • Tout en considérant que les quantités incinérées seront « stables », le plan laisse opérationnellement une « souplesse » aux collectivités locales, largesse qui va être exploitée de façon certaine pour obtenir des extensions de capacité (cf. Argenteuil, Créteil…). Sans compter le développement attendu des combustibles solides de récupération (CSR) pour 200 000 à 300 000 tonnes, ce qui va en réalité conduire à l’augmentation du recours aux traitements thermiques au global.

Nous regrettons par conséquent cette orientation du plan qui va perpétuer un cycle d’investissements défavorables à l’économie circulaire et à la réduction des déchets. Ces constats nous ont amené, pour ce plan, à demander à la Commission d’enquête de délivrer un avis défavorable, et à tout le moins d’émettre plusieurs réserves.

Nous regrettons en outre que la Commission d’enquête ait refusé, comme le Code de l’environnement le lui permet, d’étendre de deux semaines supplémentaires la durée de l’enquête publique (pour un document avoisinant au total les 1 000 pages).

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]

02 mars 2022

Zero Waste France participe au recours interassociatif contre le décret d’application de la “loi séparatisme”.

Le 2 mars 2022, Zero Waste France s’est jointe à un recours juridique porté par plusieurs associations, pour attaquer un décret de la « loi séparatisme ». Détails d’un texte anti-démocratique et d[...]