10 septembre 2020
Pauline Debrabandere

Meubler et équiper un lieu en réemploi : retour d’expérience de La Maison du Zéro Déchet

Vous êtes un-e professionnel-le et vous changez bientôt de locaux ou renouvelez votre mobilier ? Optez pour le réemploi ! La Maison du Zéro Déchet et Zero Waste France l’ont fait : voici notre retour d'expérience.

Partager

Lister le plus précisément possible ses besoins

Il est important de commencer par bien lister vos besoins. En effet, la principale contrainte que vous rencontrerez sera la logistique (qui peut elle aussi avoir un impact carbone) pour aller chercher des objets. Afin de vous éviter d’aller chercher du mobilier qui finalement ne vous servira pas car il ne vous satisfera pas à 100%, nous vous conseillons de bien réfléchir en amont au style, à l’ambiance, et aux couleurs que vous souhaitez voir dans chaque pièce à meubler et décorer. Ainsi, si vraiment vous avez un coup de coeur et que le mobilier proposé correspond à la qualité et aux quantités attendues, vous pourrez vous permettre de faire quelques kilomètres, d’engager un service de livraison, ou de louer un véhicule. N’hésitez pas d’ailleurs à organiser sur une journée plusieurs trajets en vous prévoyant un circuit.

Pour sourcer du mobilier, il existe les plateformes de seconde main (déjà évoquées dans notre article sur le réemploi de matériaux) et d’autres spécialisées, comme Selency (plateforme d’achat-vente entre particuliers et professionnel.le.s brocanteurs). D’autres plateformes existent également pour le matériel de bureau (à destination de professionnel.le.s) : nous avons par exemple trouvé chez Bluedigo des tables de réunion design et des chaises pour nos événements. De quoi s’adapter à votre budget, autant qu’à vos goûts esthétiques. Trouver la perle rare nécessite bien entendu une veille régulière et attentive sur ces plateformes. Pour notre part, souhaitant meubler un lieu avec différentes fonctionnalités (café associatif, boutique, salle de conférence, bureaux, salle de formation…) nous avons utilisé plusieurs plateformes, et une partie du réseau créé par le sourcing de matériaux.

Dans le secteur du BTP, beaucoup d’entreprises font ce qu’on appelle du “curage” : c’est-à-dire vider un bâtiment afin de pouvoir le détruire (ou le déconstruire, dans une optique d’économie circulaire). Il y a donc nécessairement une étape où il faut sortir l’ameublement des bâtiments. Le mobilier est alors soit récupérable gratuitement, ou en faisant un don à une entreprise ou association qui s’occupe du transit (récupération puis livraison, ou récupération puis stockage), et parfois de la remise en état ; soit achetable à moindre coût que du neuf. Dans ce cadre, nous avons eu beaucoup d’échanges avec Co-recyclage.pro (plateforme de don), et nous avons également traité avec la ressourcerie La Collecterie située à Montreuil.

Définir ce que vous ne garderez pas

Prenez-vous y tôt ! Définir vos besoins signifie aussi faire le tri entre ce que vous souhaitez conserver, et ce dont vous souhaitez vous séparer. Cette étape peut vous permettre des moments de réflexion collective vous aidant à vous projeter dans votre nouveau lieu. Elle vous permettra aussi de dégager de l’espace, facilitant la mise en carton des choses à transporter.

Pour vous débarrasser de ce que vous ne souhaitez pas garder, il y a plusieurs façons de procéder. Par exemple, vous pouvez organiser une “braderie” interne avec et pour les salarié-es, coopérer avec des plateformes (le retrait étant un service le plus souvent facturé), ou apporter des choses à des ressourceries ou à Emmaüs. Si vous souhaitez vendre à des particuliers ou acteurs extérieurs via les plateformes en ligne, il est d’autant plus important de vous y prendre tôt, car si vous laissez traîner cette tâche, vous serez possiblement contraint de vous débarrasser en don ou à petit prix de certains objets à la valeur pourtant supérieure. Anticiper de plusieurs semaines ou mois la prise de photos et la mise en ligne peut faire gagner un temps précieux.

Activer le bouche à oreille et les réseaux

Comme pour le sourcing de matériaux, la mobilisation des réseaux sociaux pour obtenir des idées, suggestions et contacts est précieuse. En tant qu’association, cela a aussi été pour nous un moment propice pour impliquer la communauté de bénévoles et de sympathisant.e.s qui nous aident et nous suivent au quotidien.

N’hésitez pas à dire à vos salarié-es, vos collègues, vos partenaires, vos client.e.s, etc. que vous déménagez, et que vous avez des choses dont vous allez vous débarrasser, et surtout que vous allez aménager vos nouveaux locaux à base de récupération et réemploi. Vous serez surpris.e des opportunités qui peuvent se créer ainsi ! En plus de donner un esprit collectif au processus, le bouche à oreille vous fera le plus souvent gagner du temps. Si vous avez bien explicité vos besoins au début, ils seront vite cernés, et bien partagés. Inutile, donc, de passer des heures à veiller sur les plateformes, ou à vous mettre des alertes. Les alertes vont faire exploser votre boîte mail, et certains contenus sponsorisés pourront biaisés votre recherche.

Un exemple de succès du bouche à oreille : nous avons trouvé 26 fauteuils de bureaux, 26 bureaux, et 26 caissons à roulettes de bonne qualité et pour un coût très bas, car nous avons eu vent de ces bons plans au bon moment. L’aménagement de la partie bureaux étant très importante pour le bien-être de nos salarié.es au quotidien, avoir pu trouver du mobilier en réemploi qui correspondait à leurs attentes en termes de confort et d’esthétique est une réussite.

Oser réemployer du matériel audiovisuel et informatique

Le matériel audiovisuel et informatique pour équiper un lieu mérite une attention particulière. Pour premier réflexe, on pourrait penser qu’à cause de l’obsolescence programmée répandue dans ce secteur, il faudrait éviter. Nous répondrons qu’il est malgré tout possible de s’équiper avec du matériel de réemploi de qualité et qui dure dans le temps. D’ailleurs, certains fournisseurs comme Backmarket proposent une étendue de garantie sur les produits de seconde main et reconditionnés. Voici quelques astuces pour cela.

L’une des principales difficultés que nous avons rencontrées est de “ne pas parler le même langage”. S’il est relativement facile de savoir ce qu’on veut faire comme choix esthétique de mobilier, les aspects techniques qui conditionnent le bon choix de matériel ne sont pas forcément faciles à comprendre et à expliquer. Par exemple, pour bien choisir un vidéoprojecteur, il faut avoir en tête son type de lampe, sa capacité en luminosité, la distance auquel le placer par rapport à l’écran, etc. De même pour le matériel sonore.
Pour palier à ce manque de compétences en interne, c’est très simple : nous nous sommes entourés. Nous nous sommes rapprochés de l’entreprise LM Audiovisuel, cabinet d’étude spécialisé en diagnostic, sourcing et installation de matériel audiovisuel. Faire une visite du lieu avec elle a permis de se poser les bonnes questions, et donc de bien cibler nos besoins. Ensuite, s’entourer de professionnels a également été précieux pour “provoquer” de bonnes occasions. Le bouche à oreille ne suffisant pas pour cette fois, il nous a fallu faire un effort de démarchage dans ce secteur plus important que lors de nos recherches d’ameublement. Et, pour ce que nous n’avons pas pu trouver par ce biais-là, nous nous sommes tournés vers la plateforme Backmarket.

Déménagement 0 carbone !

Après toutes ces étapes de sourcing pour meubler et équiper, vient le grand moment du déménagement. Pour rester cohérent dans notre démarche de Défi “Rien de neuf” appliqué au chantier et à l’aménagement, dans un but de moindre consommation des ressources, nous avons choisi d’organiser un déménagement… à vélo. Eh oui ! Aujourd’hui cela est possible. L’association parisienne actrice de l’économie sociale et solidaire, Carton Plein est spécialisée dans les déménagements : du prêt de cartons à la logistique. C’est donc naturellement que nous avons travaillé avec elle, et pour la deuxième fois, à l’installation de la Maison du Zéro Déchet.

Pour résumer cette opération, ce sont 300 m2 qui ont été entièrement déménagé en 3 voyages qui ont en tout mobilisé 7 vélos remorques conduits par 9 cyclo-logisticien-nes. Nous la recommandons chaudement, que vous soyez un particulier ou un professionnel, que ce soit pour un service de livraison ou un déménagement.

Pour les finitions : direction les ressourceries !

Enfin, une fois le mobilier installé, et les cartons rangés, il est utile de faire un tour de l’ensemble du lieu pour lister ce qu’il pourrait manquer. Par exemple des tasses à café, des verres, un thermos, des assiettes, des poignées de portes, etc. Pour ce genre de choses, n’hésitez pas à cartographier les ressourceries et autres lieux de seconde main qui se trouvent autour de vous, puis d’élargir le champ si vous ne trouvez pas votre bonheur dans un périmètre de proximité. Vous pouvez appliquer la même logique à la recherche sur Le Bon Coin mais aussi sur Selency, et, dernière astuce : les groupes Facebook de collectifs par quartiers, de troc, don, vente, et échange pourront également devenir de précieuses ressources.

A vous de jouer !

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]