Loi ASAP : vers une régression plus qu’une “simplification” du droit de l’environnement

La loi d’accélération et de simplification de l’action publique (dite loi ASAP) a été définitivement adoptée le 7 décembre 2020, après une validation du Conseil constitutionnel. Elle porte plusieurs dispositions concernant le droit de l’environnement, largement en faveur des industriels au prétexte d’une simplification des procédures.

Partager

De nombreuses mesures d’assouplissement des règles pour les projets industriels

La loi ASAP, dans une logique d’accélération des procédures pour l’implantation des projets industriels, comporte plusieurs mesures de simplification qui portent atteinte tant à la protection de l’environnement qu’à l’expression des citoyens.

Tout d’abord, l’article 34 de la loi assouplit les règles applicables aux installations classées (ICPE) – dont font notamment partie les installations d’incinération de déchets. Par exemple, il permet d’appliquer aux projets en cours d’instruction les conditions de conformité plus favorables dont bénéficient les installations existantes ; une disposition très facilitatrice pour les industriels, alors même qu’elle touche à des projets d’envergure ayant un fort impact environnemental et/ou sanitaire.

Ensuite, le texte permet désormais au préfet, compétent pour délivrer l’autorisation environnementale d’un projet, de recourir à une consultation électronique plutôt qu’à une enquête publique, amoindrissant ainsi largement la possibilité d’expression du public sur le projet. En effet, la consultation par voie électronique est beaucoup moins encadrée que l’enquête publique, du fait de l’absence de commissaire enquêteur, et elle complique davantage l’accès à l’information, notamment en raison de la fracture numérique qui persiste sur certains territoires. Heureusement, le texte prévoit que l’enquête publique soit obligatoire pour les projets soumis à étude d’impact, ce qui est le cas pour beaucoup d’installations classées et notamment pour les installations d’incinération de déchets. Cela n’en reste pas moins inquiétant pour l’avenir, dans la mesure où cette disposition constitue une première étape d’un mouvement de déconstruction de l’enquête publique, pilier de la participation des citoyen.nes en matière d’environnement.

Enfin, l’article 56 de la loi permet au préfet d’autoriser l’exécution anticipée de travaux de construction avant que l’autorisation environnementale des travaux en question ne soit délivrée. Cela revient alors, pour le public et les différentes parties prenantes, à faire connaître leurs observations sur un projet en cours, dont les travaux ont déjà commencé, ce qui limite évidemment considérablement l’intérêt de la participation.

Au-delà de ces quelques exemples qui concernent directement le processus d’autorisation de projets industriels dans le secteur des déchets, la loi ASAP acte plusieurs mesures inquiétantes pour la démocratie participative. Elle permet notamment au Gouvernement de réformer par ordonnance l’Office national des forêts vers sa privatisation, et limite surtout l’accès à l’information des citoyen.nes sur les risques naturels et technologiques présents sur leur territoire sous couvert de secret des affaires.

Un recul alarmant dans un contexte d’urgence environnementale et climatique

Le Conseil constitutionnel, saisi sur l’ensemble du projet de loi pour examiner sa conformité à la Constitution française, a validé l’ensemble des dispositions précédemment évoquées, considérant notamment qu’elles ne sont contraires ni à la Charte de l’environnement ni au principe de non-régression du droit de l’environnement. Cette décision est évidemment très décevante : si elle a abouti à la suppression de certains articles de la loi concernant les secteurs de l’eau et de l’énergie (en particulier en raison du caractère trop “fourre-tout” de la loi), elle a maintenu la plupart des dispositions régressives pour la protection de l’environnement.

Zero Waste France dénonce cette loi qui, sous couvert de simplification, complexifie considérablement la réglementation environnementale en ajoutant des exceptions et des régimes particuliers, et complique par la même occasion l’information et la participation des citoyen.nes au processus décisionnel des projets ayant un fort impact sur l’environnement. La vigilance citoyenne face à ce mouvement de régression du droit de l’environnement doit être accrue, dans un contexte d’urgence climatique et de volonté affirmée d’implication des citoyens dans la réglementation environnementale.

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]