29 novembre 2021
Moïra Tourneur

Que deviennent les vêtements que l’on jette ?

La production de vêtements a doublé entre 2000 et 2014. Si une personne achète désormais 40 % de vêtements de plus qu’il y a 15 ans, elle les conserve cependant moitié moins longtemps. Mais alors, qu’advient-il de ces 100 milliards de vêtements vendus chaque année dans le monde ? Zoom sur le cas français.

Partager

Se séparer d’un vêtement … en le mettant au bon endroit

Sur 517 000 tonnes de textiles mis en marché en France en 2020, seules 39 % ont été collectées : si une partie de ces vêtements, chaussures et linges de maison est bien entendue portée et utilisée, une autre part reste oubliée dans les placards … ou finie encore dans la poubelle de tout-venant. Ainsi, si 3,7 kg de textiles ont été collectés par personne en 2019, 7,7 kg par personne ont été jetés de leur côté dans la poubelle noire. Cela représente autant de matières brûlées en incinérateur ou enfouies en décharge et à l’origine de pollutions importantes, au lieu d’avoir été réemployées ou partiellement récupérées via des processus de recyclage. 

Notre dossier traitements polluants

20 % de la pollution des eaux dans le monde sont imputables à la teinture et au traitement des textiles en fabrication tandis que les secteurs du vêtement et de la chaussure sont responsables d’environ 8 % des émissions de CO2 mondiales. Aussi, il est d’autant plus fondamental de pouvoir collecter les déchets textiles afin de leur assurer la seconde vie la plus adéquate et “rentabiliser” au maximum l’impact environnemental lié à leur fabrication.

Le recyclage, la solution miracle à la surproduction textile ?

Parmi la très grande majorité de textiles collectés et triés en France, un bon tiers est orienté vers des circuits de recyclage. La notion de “recyclage” recoupe cependant différentes réalités au sein de la filière textile : 

  • Les textiles dits mono-matières (100 % coton, 100 % polyester, etc.) peuvent être défibrés pour créer des fils qui permettront la fabrication de nouveaux vêtements. Malheureusement, moins de 1 % des tissus qui composent nos vêtements sont effectivement recyclés pour en faire de nouveaux.
  • Dans une grande majorité des cas, les textiles dits recyclés sont à vrai dire orientés vers de nouvelles filières industrielles. Ainsi, beaucoup de textiles majoritairement composés de coton vont être découpés en chiffons qui seront ensuite utilisés dans l’industrie pour nettoyer des machines ou vendus en magasin de bricolage.
  • Certains autres textiles tissés en mélange (mélange de coton, polyester, laine, etc.) peuvent être effilochés et traités pour fabriquer des isolants pour les bâtiments ou encore les véhicules ou du rembourrage pour des coussins et des canapés. 

Les Combustibles Solides de Récupération ne sont pas du recyclage !

Contrairement à ce que pourrait éventuellement laisser penser la page consacrée au recyclage sur le site de l’éco-organisme en charge de la filière textile Refashion, les textiles qui sont broyés pour fabriquer des Combustibles Solides de Récupération (CSR) ne sont pas recyclés mais in fine brûlés. La hiérarchie des modes de traitement des déchets fait une distinction très précise entre ces deux exutoires.

Du fait notamment des mélanges de fibres ainsi que d’un manque d’infrastructures locales, il reste extrêmement compliqué de recycler effectivement un vêtement en nouveau textile et les matières ne retrouvent que très rarement leur usage d’origine. En outre, le recyclage reste un processus qui ne doit intervenir qu’en toute fin de vie du produit : un vêtement ou une chaussure pourra (et devra) le plus souvent être réutilisé avant que son recyclage ne soit envisagé.

La durabilité, condition sine qua none pour un textile réutilisé

Une courte étude de 2021 (en anglais) l’a montré : là où le recyclage d’un textile entraîne une légère économie d’émissions de gaz à effet de serre par rapport à la fabrication d’un produit neuf, sa réutilisation permet une réduction plus significative de l’impact climatique du produit. L’Ademe a ainsi estimé que l’achat d’un jean de seconde main évitait entre 80 % et 100 % des impacts climatiques mais aussi de l’épuisement des ressources naturelles occasionnés par l’achat d’un jean neuf. 

Pourtant, le taux de réutilisation des textiles ne cesse de baisser en France (64 % en 2014 contre 56,6 % en 2020). Cette chute libre met en danger les structures sociales comme Emmaüs qui récupèrent, trient et orientent les textiles mis en conteneurs Relais ou directement donnés à des associations. En effet, la filière de réutilisation des textiles est bien plus créatrice d’emplois que leur recyclage ou leur destruction en incinérateur ou en décharge, et d’autant plus fragilisée par la baisse de textiles qui peuvent être réutilisés.

Cette baisse s’explique par la surabondance de textiles neufs produits par l’industrie de la mode qui rend rapidement obsolète les vêtements d’une part, et la baisse de qualité des fibres qui complique la réparation et entraîne une diminution de la durabilité des textiles d’autre part. Du fait de cette surproduction de textiles, une immense majorité des textiles (95 %) réutilisés le sont à l’étranger ; en effet, tous ces vêtements ne trouvent pas preneurs en France. Cet export n’est pas sans poser question : si les textiles envoyés par Emmaüs participent à la création d’emplois locaux, ce n’est pas le cas pour tous les opérateurs qui exportent, notamment vers l’Afrique. D’autre part, l’export implique un transport au coût environnemental lui-même non négligeable. 

Parce que la réutilisation est l’un des piliers d’une mode plus durable, Zero Waste France milite auprès des pouvoirs publics et des industriels pour un renforcement de la qualité et de la durabilité des vêtements.

Ralentissons le rythme de la mode !

Pour changer notre rapport aux vêtements, faire bouger les marques, et avancer vers une mode plus durable aux rythmes de production moins effréné, rejoignez le mouvement lancé par Zero Waste France !

Voir la campagne

Actualités

à la une
29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]