13 mars 2017
Flore Berlingen

Éboulement meurtrier dans la décharge d’Addis Abeda

Paris, le 13 mars 2017 - Nos interrogations sur le contexte du drame, dont le bilan provisoire est de 48 victimes qui vivaient sur le site.

Partager

Mise à jour – le 18 mars 2017 – le dernier bilan de l’accident porte à 115 le nombre de victimes de l’éboulement.

Paris, le 13 mars 2017 – Samedi soir, un éboulement sur la décharge d’Addis Abeba (Ethiopie) a provoqué la mort de 48 personnes (bilan provisoire, plusieurs dizaines de personnes étant encore portées disparues), en majorité des femmes et enfants vivant sur le site. Zero Waste France, Zero Waste Europe et le réseau international GAIA expriment leur grande tristesse à l’annonce de cette nouvelle, et leur consternation face à ce qui semble être l’origine de l’accident. D’après des témoignages locaux, ce sont des travaux de terrassement menés dans la décharge qui auraient provoqué l’éboulement. Si cette information est confirmée, les responsables locaux et les financeurs et opérateurs internationaux (et notamment français) devront expliquer pourquoi des travaux d’une telle ampleur ont pu démarrer alors que 150 personnes au moins étaient encore présentes jour et nuit sur le site.

Des acteurs français impliqués dans la réhabilitation de la décharge

L’Agence Française de Développement (AFD) est notamment impliquée depuis 2007 dans la réhabilitation du site. Elle a financé successivement plusieurs études, principalement réalisées par des cabinets français, avant d’attribuer une subvention de 5,4 millions d’euros pour la fermeture et réhabilitation du site sur lequel l’éboulement a eu lieu, et un prêt de 20 millions d’euros pour une “nouvelle infrastructure de stockage”. Dans le cadre de cette deuxième enveloppe, un contrat de 13,5 millions d’euros a été attribué à Vinci Construction. “L’urgence de fermer ces sites dangereux et polluants ne fait aucun doute. Mais l’implication des acteurs français, en Ethiopie et dans de nombreux autres pays nous interpelle : l’AFD donne-t-elle la priorité aux solutions les plus socialement et environnementalement bénéfiques ou aux solutions mises en avant par les industriels français ? Quel suivi opère-t-elle sur le terrain dans le cadre de ces financements ? Les entreprises qui décrochent tous ces contrats appliquent-elles les mêmes standards sociaux et environnementaux qu’en France lorsqu’elles opèrent l’étranger ?” s’interroge Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, alors que le principe du devoir de vigilance des entreprises vient de faire son entrée dans la loi française.

GAIA, réseau international d’ONG environnementales et d’organisation de défense des waste pickers, souligne en outre que ce terrible accident illustre à nouveau à quel point les waste pickers (chiffonniers) sont insuffisamment associés aux réformes de politiques de gestion des déchets bénéficiant des fonds internationaux. “A Addis Abeba, 120 millions de dollars vont être dépensés dans la construction d’un incinérateur opéré par des entreprises étrangères et qui brûlera des matières compostables et recyclables” remarque Mariel Vilella, correspondante de GAIA et directrice adjointe de Zero Waste Europe “alors que lorsque les waste pickers sont associés à la construction des solutions, des démarches ambitieuses à la fois sur le plan social et sur le plan environnemental peuvent être mises en place”. 

Actualités

16 janvier 2023

Emballages des fruits et légumes : contre le grand retour du plastique !

Près d’un an après sa mise en œuvre, l’interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique est déjà en sursis. Zero Waste France agit avec les citoyen·nes pour se prémunir d’un recul cont[...]

à la une
09 janvier 2023

Zero Waste France et 2 autres ONGs assignent Danone en justice pour son utilisation de plastique

Zero Waste France, ClientEarth et Surfrider Foundation Europe assignent en justice le géant de l’agroalimentaire Danone pour son utilisation de plastique. Selon ces ONGs, Danone ne respecte pas la[...]

01 janvier 2023

Loi anti-gaspillage : quoi de neuf en 2023 ?

Bientôt trois ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, certaines de ses mesures se font encore attendre. Zero Waste France revient su[...]

13 décembre 2022

Retour sur la matinée technique du 17 novembre 2022 : « Commande publique contre déchets plastiques »

Zero Waste France et le WWF ont organisé le 17 novembre 2022 une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique e[...]

07 décembre 2022

Plaidoyer zéro déchet : journal de bord 2022

Depuis sa création en 1997, Zero Waste France se donne pour mission de faire avancer les politiques publiques pour réduire les déchets. À travers ses actions de plaidoyer, l'association vise à fai[...]

05 décembre 2022

Déchets = énergie verte : vraiment ?

Alors que l’Assemblée nationale arrive vers la fin de l’examen du projet de loi énergies renouvelables, Zero Waste France revient sur l’occasion manquée d’aligner les politiques déchets et énergie[...]

15 novembre 2022

La résistance à la fast-fashion s’organise sur tout le territoire !

SERD 2022 : du 19 au 27 novembre, les groupes locaux Zero Waste vous ont concocté un programme aux petits oignons, pour résister à la fast-fashion partout en France. Cinés-débats, jeux de société,[...]

06 octobre 2022

Zéro déchet : un livre pour en finir avec la société du tout-jetable

Dans leur nouveau livre "Déchets partout, justice nulle part. Manifeste pour un projet de société zéro déchet, zéro gaspillage", Alice Elfassi et Moïra Tourneur, toutes deux salariées de Zero Wast[...]

05 octobre 2022

Un rapport de la Cour des comptes critique la gestion des déchets en France

Ce nouveau rapport se montre sévère avec le service public de gestion des déchets ménagers en France. Il valide également une grande partie de l’analyse et des propositions de Zero Waste France.[...]

28 septembre 2022

9 entreprises mises en demeure pour non-respect du devoir de vigilance lié à leur utilisation du plastique

Surfrider Foundation Europe, ClientEarth et Zero Waste France mettent en demeure 9 géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution pour l’insuffisance de leurs actions dans la réduction d[...]