13 mars 2017
Flore Berlingen

Éboulement meurtrier dans la décharge d’Addis Abeda

Paris, le 13 mars 2017 - Nos interrogations sur le contexte du drame, dont le bilan provisoire est de 48 victimes qui vivaient sur le site.

Partager

Mise à jour – le 18 mars 2017 – le dernier bilan de l’accident porte à 115 le nombre de victimes de l’éboulement.

Paris, le 13 mars 2017 – Samedi soir, un éboulement sur la décharge d’Addis Abeba (Ethiopie) a provoqué la mort de 48 personnes (bilan provisoire, plusieurs dizaines de personnes étant encore portées disparues), en majorité des femmes et enfants vivant sur le site. Zero Waste France, Zero Waste Europe et le réseau international GAIA expriment leur grande tristesse à l’annonce de cette nouvelle, et leur consternation face à ce qui semble être l’origine de l’accident. D’après des témoignages locaux, ce sont des travaux de terrassement menés dans la décharge qui auraient provoqué l’éboulement. Si cette information est confirmée, les responsables locaux et les financeurs et opérateurs internationaux (et notamment français) devront expliquer pourquoi des travaux d’une telle ampleur ont pu démarrer alors que 150 personnes au moins étaient encore présentes jour et nuit sur le site.

Des acteurs français impliqués dans la réhabilitation de la décharge

L’Agence Française de Développement (AFD) est notamment impliquée depuis 2007 dans la réhabilitation du site. Elle a financé successivement plusieurs études, principalement réalisées par des cabinets français, avant d’attribuer une subvention de 5,4 millions d’euros pour la fermeture et réhabilitation du site sur lequel l’éboulement a eu lieu, et un prêt de 20 millions d’euros pour une “nouvelle infrastructure de stockage”. Dans le cadre de cette deuxième enveloppe, un contrat de 13,5 millions d’euros a été attribué à Vinci Construction. “L’urgence de fermer ces sites dangereux et polluants ne fait aucun doute. Mais l’implication des acteurs français, en Ethiopie et dans de nombreux autres pays nous interpelle : l’AFD donne-t-elle la priorité aux solutions les plus socialement et environnementalement bénéfiques ou aux solutions mises en avant par les industriels français ? Quel suivi opère-t-elle sur le terrain dans le cadre de ces financements ? Les entreprises qui décrochent tous ces contrats appliquent-elles les mêmes standards sociaux et environnementaux qu’en France lorsqu’elles opèrent l’étranger ?” s’interroge Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, alors que le principe du devoir de vigilance des entreprises vient de faire son entrée dans la loi française.

GAIA, réseau international d’ONG environnementales et d’organisation de défense des waste pickers, souligne en outre que ce terrible accident illustre à nouveau à quel point les waste pickers (chiffonniers) sont insuffisamment associés aux réformes de politiques de gestion des déchets bénéficiant des fonds internationaux. “A Addis Abeba, 120 millions de dollars vont être dépensés dans la construction d’un incinérateur opéré par des entreprises étrangères et qui brûlera des matières compostables et recyclables” remarque Mariel Vilella, correspondante de GAIA et directrice adjointe de Zero Waste Europe “alors que lorsque les waste pickers sont associés à la construction des solutions, des démarches ambitieuses à la fois sur le plan social et sur le plan environnemental peuvent être mises en place”. 

03 juillet 2020

Bioplastiques, compostables, biosourcés : on fait le point !

Ils sont “biodégradables”, “biosourcés”, ou encore “compostables” et sont parfois présentés comme une solution à la pollution plastique. Zero Waste France fait le point sur les appellations utilis[...]

à la une
30 juin 2020

Le livre qui dévoile les travers du tout-recyclage

Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, publie "Recyclage, le grand enfumage : comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable" aux éditions Rue de l’échiquier.

18 juin 2020

Black Lives Matter : de la nécessité de lutter contre le racisme pour une société juste et écologique

En soutien au mouvement Black Lives Matter, Zero Waste France rappelle les liens indissociables entre lutte contre la crise climatique et lutte contre le racisme systémique.

28 mai 2020

“Zéro déchet : pour les règles aussi !” – pourquoi et comment sensibiliser aux protections réutilisables ?

La journée mondiale de l’hygiène menstruelle du 28 mai 2020 est l'occasion de rappeler l'intérêt de lever les tabous autour des règles et de partager la diversité des actions mises en œuvre grâce [...]

10 mai 2020

Déconfinement : le recours massif au jetable ne doit pas être l’unique proposition

Nous appelons à débattre de l'impact environnemental des mesures prises dans le cadre du déconfinement.

05 mai 2020

Deux nouveaux recrutements !

Ça bouge dans l'équipe de Zero Waste France ! Dans le cadre de remplacements, un poste de responsable plaidoyer et un poste de directeur/directrice sont ouverts.

30 avril 2020

L’équipe de Zero Waste France grandit et se renouvelle

Il y a du mouvement dans l'équipe de Zero Waste France ! Flore Berlingen, directrice de l'association, vous explique "qui fait quoi" et dévoile deux nouveaux recrutements...

23 avril 2020

Le MEDEF s’attaque à la loi anti-gaspillage

Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositi[...]

16 avril 2020

Crise sanitaire et (zéro) déchet : questions – réponses

Peut-on continuer à mettre en oeuvre la démarche zéro déchet, zéro gaspillage pendant le confinement ? Y'a-t-il des pratiques à éviter ?

à la une
15 avril 2020

Le lobby du plastique profite de l’épidémie pour chercher un nouvel élan

Samedi 12 avril, le journal Le Monde publiait une enquête explicitant les stratégies du lobby du plastique pour tenter un retour en force à la faveur de la crise sanitaire. Il est vrai que ces der[...]