13 mars 2017
Flore Berlingen

Éboulement meurtrier dans la décharge d’Addis Abeda

Paris, le 13 mars 2017 - Nos interrogations sur le contexte du drame, dont le bilan provisoire est de 48 victimes qui vivaient sur le site.

Partager

Mise à jour – le 18 mars 2017 – le dernier bilan de l’accident porte à 115 le nombre de victimes de l’éboulement.

Paris, le 13 mars 2017 – Samedi soir, un éboulement sur la décharge d’Addis Abeba (Ethiopie) a provoqué la mort de 48 personnes (bilan provisoire, plusieurs dizaines de personnes étant encore portées disparues), en majorité des femmes et enfants vivant sur le site. Zero Waste France, Zero Waste Europe et le réseau international GAIA expriment leur grande tristesse à l’annonce de cette nouvelle, et leur consternation face à ce qui semble être l’origine de l’accident. D’après des témoignages locaux, ce sont des travaux de terrassement menés dans la décharge qui auraient provoqué l’éboulement. Si cette information est confirmée, les responsables locaux et les financeurs et opérateurs internationaux (et notamment français) devront expliquer pourquoi des travaux d’une telle ampleur ont pu démarrer alors que 150 personnes au moins étaient encore présentes jour et nuit sur le site.

Des acteurs français impliqués dans la réhabilitation de la décharge

L’Agence Française de Développement (AFD) est notamment impliquée depuis 2007 dans la réhabilitation du site. Elle a financé successivement plusieurs études, principalement réalisées par des cabinets français, avant d’attribuer une subvention de 5,4 millions d’euros pour la fermeture et réhabilitation du site sur lequel l’éboulement a eu lieu, et un prêt de 20 millions d’euros pour une “nouvelle infrastructure de stockage”. Dans le cadre de cette deuxième enveloppe, un contrat de 13,5 millions d’euros a été attribué à Vinci Construction. “L’urgence de fermer ces sites dangereux et polluants ne fait aucun doute. Mais l’implication des acteurs français, en Ethiopie et dans de nombreux autres pays nous interpelle : l’AFD donne-t-elle la priorité aux solutions les plus socialement et environnementalement bénéfiques ou aux solutions mises en avant par les industriels français ? Quel suivi opère-t-elle sur le terrain dans le cadre de ces financements ? Les entreprises qui décrochent tous ces contrats appliquent-elles les mêmes standards sociaux et environnementaux qu’en France lorsqu’elles opèrent l’étranger ?” s’interroge Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, alors que le principe du devoir de vigilance des entreprises vient de faire son entrée dans la loi française.

GAIA, réseau international d’ONG environnementales et d’organisation de défense des waste pickers, souligne en outre que ce terrible accident illustre à nouveau à quel point les waste pickers (chiffonniers) sont insuffisamment associés aux réformes de politiques de gestion des déchets bénéficiant des fonds internationaux. “A Addis Abeba, 120 millions de dollars vont être dépensés dans la construction d’un incinérateur opéré par des entreprises étrangères et qui brûlera des matières compostables et recyclables” remarque Mariel Vilella, correspondante de GAIA et directrice adjointe de Zero Waste Europe “alors que lorsque les waste pickers sont associés à la construction des solutions, des démarches ambitieuses à la fois sur le plan social et sur le plan environnemental peuvent être mises en place”. 

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]