13 mars 2017

Éboulement meurtrier dans la décharge d’Addis Abeda

Paris, le 13 mars 2017 - Nos interrogations sur le contexte du drame, dont le bilan provisoire est de 48 victimes qui vivaient sur le site.

Partage

Mise à jour – le 18 mars 2017 – le dernier bilan de l’accident porte à 115 le nombre de victimes de l’éboulement.

Paris, le 13 mars 2017 – Samedi soir, un éboulement sur la décharge d’Addis Abeba (Ethiopie) a provoqué la mort de 48 personnes (bilan provisoire, plusieurs dizaines de personnes étant encore portées disparues), en majorité des femmes et enfants vivant sur le site. Zero Waste France, Zero Waste Europe et le réseau international GAIA expriment leur grande tristesse à l’annonce de cette nouvelle, et leur consternation face à ce qui semble être l’origine de l’accident. D’après des témoignages locaux, ce sont des travaux de terrassement menés dans la décharge qui auraient provoqué l’éboulement. Si cette information est confirmée, les responsables locaux et les financeurs et opérateurs internationaux (et notamment français) devront expliquer pourquoi des travaux d’une telle ampleur ont pu démarrer alors que 150 personnes au moins étaient encore présentes jour et nuit sur le site.

Des acteurs français impliqués dans la réhabilitation de la décharge

L’Agence Française de Développement (AFD) est notamment impliquée depuis 2007 dans la réhabilitation du site. Elle a financé successivement plusieurs études, principalement réalisées par des cabinets français, avant d’attribuer une subvention de 5,4 millions d’euros pour la fermeture et réhabilitation du site sur lequel l’éboulement a eu lieu, et un prêt de 20 millions d’euros pour une “nouvelle infrastructure de stockage”. Dans le cadre de cette deuxième enveloppe, un contrat de 13,5 millions d’euros a été attribué à Vinci Construction. “L’urgence de fermer ces sites dangereux et polluants ne fait aucun doute. Mais l’implication des acteurs français, en Ethiopie et dans de nombreux autres pays nous interpelle : l’AFD donne-t-elle la priorité aux solutions les plus socialement et environnementalement bénéfiques ou aux solutions mises en avant par les industriels français ? Quel suivi opère-t-elle sur le terrain dans le cadre de ces financements ? Les entreprises qui décrochent tous ces contrats appliquent-elles les mêmes standards sociaux et environnementaux qu’en France lorsqu’elles opèrent l’étranger ?” s’interroge Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, alors que le principe du devoir de vigilance des entreprises vient de faire son entrée dans la loi française.

GAIA, réseau international d’ONG environnementales et d’organisation de défense des waste pickers, souligne en outre que ce terrible accident illustre à nouveau à quel point les waste pickers (chiffonniers) sont insuffisamment associés aux réformes de politiques de gestion des déchets bénéficiant des fonds internationaux. “A Addis Abeba, 120 millions de dollars vont être dépensés dans la construction d’un incinérateur opéré par des entreprises étrangères et qui brûlera des matières compostables et recyclables” remarque Mariel Vilella, correspondante de GAIA et directrice adjointe de Zero Waste Europe “alors que lorsque les waste pickers sont associés à la construction des solutions, des démarches ambitieuses à la fois sur le plan social et sur le plan environnemental peuvent être mises en place”. 

Actualités

à la une
11 septembre 2018

Le Cash Investigation sur le plastique en 6 points clés

CASH Investigation révèle, ce mardi 11 septembre, le résultat d’une enquête menée durant plus d’un an par Sandrine Rigaud. Zero Waste France vous en livre une analyse, et des pistes pour aller plu[...]

18 septembre 2018

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Nous créons un poste (CDI) dédié aux relations avec les adhérent·e·s et proposons une mission de service civique pour un projet de terrain sur le thème de la consigne.

14 septembre 2018

Interdiction des contenants plastiques dans les cantines : C’est voté !

Dans le cadre du vote de la loi faisant suite aux Etats généraux de l'alimentation, l'Assemblée nationale a adopté un amendement interdisant l'utilisation de contenants en plastique dans les canti[...]

14 septembre 2018

Des citoyens de 46 pays vont documenter la pollution plastique

Le mouvement international Break Free From Plastic appelle à documenter les opérations de collecte de déchets organisées le 15 septembre pour identifier les marques dont les produits se retrouvent[...]

12 septembre 2018

Projet de plan régional déchets en Normandie : avis défavorable faute de précision suffisante

Premier projet de plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) soumis à une enquête publique, le projet normand vient d'essuyer un avis défavorable de la commission d'enquête publ[...]

12 septembre 2018

Zero Waste France interpelle l’Etat à propos de CITEO

Dans un courrier adressé au Ministère de l’environnement, Zero Waste France demande à l’Etat de rappeler CITEO à ses obligations en matière de réduction des déchets et souhaite qu’un audit indépen[...]

05 septembre 2018

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.

30 août 2018

STOP PUB : Zero Waste France porte plainte contre des franchises d’Intermarché et Pizza Hut

C'est la première fois qu'une plainte est déposée par des associations pour faire respecter l'autocollant STOP PUB.

29 août 2018

Obtenir un autocollant Stop pub

Vous ne souhaitez pas recevoir de publicités dans votre boîte aux lettres ? Faites-le savoir !

24 août 2018

#1 – Peut-on “nettoyer la planète en 1 jour” ?

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre artic[...]