Dossier sur les corbeilles de rue : la progression du tri et les nouveaux défis de la propreté

Pendant un an, Zéro Déchet Touraine a mené une enquête approfondie sur les corbeilles de propreté municipales, en France et à l'étranger. Résultat : moins de 4% des villes françaises étudiées proposent le tri des déchets via leurs corbeilles de propreté en centre-ville, une pratique pourtant courante à l'étranger.

Partager

Les corbeilles de propreté sont une réponse technique parmi d’autres pour relever l’immense défi de la propreté urbaine. Toutefois, elles ne permettent pas de faire l’économie de l’élaboration de stratégies de prévention efficientes, seules à même de réduire les tonnages annuels de déchets municipaux et donc les coûts associés à leur collecte et à leur traitement. Comment les rendre plus efficaces à la fois en termes de lutte contre les déchets sauvages qui jonchent nos rues et de réduction des quantités de déchets résiduels à enfouir ou à incinérer ? Il y a urgence à agir en ce domaine, d’autant que la population augmente et que la France accueille chaque année de plus en plus de touristes, en droit d’attendre mieux de la première destination touristique mondiale.

Un travail d’enquête pour réaliser un panorama

L’association Zéro Déchet Touraine a effectué un travail d’enquête pendant plus d’un an afin d’établir un panorama des pratiques des principales communes françaises en matière de propreté urbaine et notamment en termes d’utilisations des corbeilles de propreté. L’étude révèle que la densité moyenne de corbeilles de propreté en France est d’environ 1 corbeille pour 77 habitants. De manière surprenante, la plupart des services municipaux interrogés ignorent la distance moyenne séparant deux de leurs corbeilles de propreté et ne caractérisent pas régulièrement les flux de déchets collectés par ces corbeilles. Or, aucun objectif réaliste de prévention ne saurait être mis en place sans considération pour ce type d’indicateurs, qui ont trait à la densité du réseau de corbeilles et à la nature des gisements de déchets à collecter.

Les corbeilles de propreté françaises sont encore très majoritairement utilisées pour collecter des ordures en mélange, sans permettre le tri à la source des déchets, même de la part des citoyens volontaires. L’inventaire national réalisé dans le cadre de l’enquête montre en effet que moins de 4% des villes françaises étudiées proposent la collecte de déchets triés via leurs corbeilles de propreté en centre-ville. On peut alors s’interroger sur la cohérence de politiques publiques qui exhortent la population à trier dès le plus jeune âge, mais qui ne permettent pas de le faire dans l’espace public… Selon les communes interrogées, les principaux freins qui s’opposeraient au déploiement de corbeilles de tri dans les espaces publics seraient :

  • le coût de l’installation et de la gestion de tels dispositifs,
  • la nécessité de lutter contre les incivilités pour obtenir un tri de qualité suffisante,
  • la mise en place d’une organisation permettant d’acheminer les déchets triés vers les filières de recyclage,
  • l’emprise au sol requise par des dispositifs de tri supplémentaires,
  • la concurrence des points d’apports volontaires,
  • le manque de volonté politique,
  • des conceptions de corbeilles ou de signalétiques encore perfectibles.

Des stratégies locales différentes mises en place par les collectivités

Le dossier évoque les principales stratégies mises en place au sein des services de propreté urbaine français et les différentes solutions en faveur de la réduction des déchets à la source qu’ils ont développées. Ainsi deux tendances opposées émergent actuellement. D’une part, certaines communes ont opté pour une densification accrue des réseaux de corbeilles de propreté en centres-villes, qui permet de donner aux habitants le sentiment que la question des déchets sauvages est davantage prise en compte. C’est le cas par exemple à Nice ou à Evreux. Inversement, Nevers, Rennes ou Saint-Hilaire-de-Riez ont opté pour une suppression des corbeilles de propreté dans certains espaces afin de responsabiliser davantage les usagers.

Nous sommes encore loin des situations rencontrées à San-Francisco ou Ljubljana, où le tri est systématiquement proposé dans les lieux publics, y compris celui des biodéchets, ou de l’exemple de Tokyo, une mégalopole de 9,5 millions d’habitants dépourvue de corbeilles de propreté depuis… près de 25 ans.

Comme pistes originales à destination des collectivités, les auteurs du dossier proposent, à l’aide de nombreux exemples illustrés :

  • d’augmenter le taux de recyclage des déchets sauvages,
  • d’améliorer les possibilités de tri en voyage (stations de métro, gares, aéroports, aires de stationnement de nationales et de routes secondaires),
  • de sensibiliser davantage le public à la réduction des déchets et au tri à la source dans les principaux lieux touristiques français, notamment par des panneaux multilingues et des consignes de tri plus explicites,
  • de mettre à contribution la filière de responsabilité élargie des producteurs applicable aux emballages (Citéo) pour soutenir le tri dans l’espace public (possibilité ouverte par la directive européenne relative aux déchets),
  • d’adopter des stratégies municipales zéro déchet complémentaires à l’image des propositions de Zero Waste France en matière de suppression du plastique à usage unique ou d’organisation d’événements collectifs zéro déchet zéro gaspillage.
Accédez aux dossier complet Album – corbeilles de tri en FranceAlbum – corbeilles de tri à l’étranger

Actualités

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

à la une
04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]