10 août 2015
Pauline

Crise des déchets en Corse : une dérogation à la loi Littoral plutôt qu’une politique “Zero Waste”

Alors que le vote de la Loi de Transition énergétique vient de s’achever, confirmant l’ambition du parlement et du gouvernement de poursuivre dans la voie de la réduction et d’une meilleure valorisation des déchets, une toute autre musique semble se jouer en Corse.

Partager

Sur l’île, les décharges arrivent à saturation. Faute d’anticipation, mais surtout de politique ambitieuse en faveur de la réduction et du tri (le syndicat de traitement des déchets corse affiche un taux de recyclage de 20%, bien en dessous de la moyenne nationale), le manque d’exutoires se fait sentir. Parallèlement, la loi Littoral, qui protège les espaces remarquables côtiers, enraye la création de nouvelles installations de traitement et de stockage.

Le dos au mur, tous les ingrédients semblent réunis pour faire de l’île de beauté une championne de la démarche “zéro déchet”, suivant en ce sens la voie de sa voisine, la Sardaigne, qui recycle plus de 50% de ses déchets. L’île italienne est passée de 74% de déchets enfouis en 2000 à 23% seulement en 2009[1], et a diminué en trois ans de moitié la quantité de déchets biodégradables envoyés en décharge[2].

Pour l’instant, c’est cependant l’inverse qui semble se profiler. Face à l’illégalité des différents projets d’installations de stockage et de traitement des déchets[3], le président du Syvadec, le syndicat de traitement des déchets de l’île, a demandé à Ségolène Royal une dérogation à la loi Littoral afin de pouvoir agrandir la décharge de Tallone et construire une usine de traitement mécano-biologique à proximité (TMB). A contre-courant de ses déclarations sur l’abandon du TMB et l’ambition nécessaire des territoires, la ministre a répondu positivement et propose l’introduction dans un prochain texte législatif d’ici la fin de l’année “d’une mesure permettant, en communes littorales, (…), la réalisation d’installations de traitement ou de stockage de déchets incompatibles avec le voisinage des zones habitées”, dérogeant ainsi à la loi Littoral.

Alors que l’heure est à la promotion des territoires “zéro déchet, zéro gaspillage”[4], la Corse prendrait la voie inverse en misant sur le TMB, une installation coûteuse qui prétend trier mécaniquement les déchets en mélange mais produit un compost de faible qualité et ne supprime pas le besoin d’enfouissement (compost non conforme à la norme, papiers et cartons souillés, déchets restants…). Les expériences menées en France métropolitaine ont pourtant largement démontré l’inefficacité de ces installations[4]. De plus, la loi de transition énergétique votée en juillet dernier a déclaré “non pertinent” le développement de nouvelles usines TMB au regard du nouvel objectif de généralisation du tri à la source des biodéchets d’ici 2025. Elles ne seront donc plus soutenues par des aides publiques.

A l’inverse du TMB, les démarches ambitieuses et volontaristes de réduction des déchets, basées sur le tri à la source des biodéchets, la tarification incitative et l’implication de l’ensemble des acteurs du territoires (habitants, associations, entreprises, professionnels du tourisme…) ont fait leurs preuves, notamment en Italie et au Pays-Basque espagnol, sur des territoires parfois similaires à celui de la Corse. Le SYVADEC déclare avoir l’ambition de réduire de 50% les déchets enfouis d’ici 2020. Espérons que cette ambition se traduise rapidement par des mesures concrètes, loin des fausses solutions offertes par les partisans du TMB !

[1] Cour des Comptes européenne, Rapport spécial n°20, 2012.
[2] Entre 2006 et 2009, la part de déchets biodégradables enfouis sur la quantité totale de déchets biodégradables est passée de 59% à 36%.
[3] Un jugement du tribunal administratif a déclaré illégal le projet de TMB à Tallone.
[4] Le ministère de l’écologie a lancé un second appel à projets “territoires zéro déchet, zéro gaspillage” durant l’été.
[5] Dernier en date, l’usine Biopôle d’Angers a fermé ses portes après une série de problémes liés à la qualité du compost, à la santé des salariés et aux nuisances pour le voisinage.

23 juillet 2019

L’agrément de Zero Waste France pour la protection de l’environnement est renouvelé jusqu’en 2023

Le Ministère de la transition écologique et solidaire a délivré à Zero Waste France le renouvellement de son agrément au titre de la protection de l'environnement, au niveau national, jusqu'en 202[...]

17 juillet 2019

Faute de prescriptivité, le Tribunal de Caen annule le plan déchets de Normandie

Le Tribunal administratif de Caen, appelé à se prononcer sur la légalité du plan régional de prévention et de gestion des déchets de Normandie, vient de prononcer son annulation. En cause, son man[...]

17 juillet 2019

Plan régional déchets pour l’Île-de-France : la contribution de Zero Waste France

Les enquêtes publiques battent leur plein : en juillet 2019, c'était au tour du plan régional pour l'Île-de-France d'être soumis à consultation. Zero Waste France constate avec regret que ce plan [...]

12 juillet 2019

A quand de la vaisselle réutilisable dans les fast-foods ?

Depuis 2017, l'association Zero Waste France est engagée dans une campagne pour réduire les quantités de déchets produits par les enseignes de la restauration rapide. L'association souhaite notamm[...]

09 juillet 2019

Deux missions en service civique pour la rentrée

Zero Waste France recherche deux volontaires en service civique pour participer à la coordination des groupes locaux et à l'animation du Défi "Rien de neuf".

05 juillet 2019

1ère Assemblée Générale du Réseau Consigne à Villeurbanne !

Lundi 1er juillet, la première Assemblée Générale (AG) du Réseau Consigne a rassemblé une cinquantaine de personnes à Villeurbanne. Porteurs et porteuses de projets, associations et entreprises so[...]

à la une
04 juillet 2019

Un livre pour révolutionner la gestion locale des déchets

A la fois manuel, manifeste et recueil d'expériences, "Territoires Zero Waste, guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets" est le nouveau livre de Zero Waste France, publié au[...]

03 juillet 2019

Un guide pour consommer autrement

Les Editions Rue de l’échiquier publient en partenariat avec Zero Waste France "Mon Défi Rien de neuf", un livre qui rappelle l’importance de changer de réflexes de consommation et qui dévoile tou[...]

03 juillet 2019

L’industrie plastique, grande gagnante du Tour de France !

Cette année, l’équipe favorite du Tour de France sera sponsorisée par le plus gros producteur de plastique vierge, INEOS. Pour Zero Waste France, cette participation d'un géant de la pétrochimie à[...]

02 juillet 2019

Secret des affaires : devant le Tribunal, Zero Waste France se joint au journal Le Monde

Le 26 juin 2019, 36 organisations dont Zero Waste France se sont jointes au recours du Monde devant le Tribunal administratif de Montreuil. En cause, les obstacles sérieux à la liberté d'informati[...]