Municipales : notre analyse des programmes des candidats de 10 villes clés sur le tri des biodéchets

Zero Waste France a analysé le contenu des programmes des principaux candidats à la ville cœur des 10 métropoles françaises les plus émettrices de gaz à effet de serre (Paris, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Nice, Strasbourg, Rouen).

Partager

Constat inquiétant : seuls 16 candidats sur 42 s’engagent clairement en faveur du tri des biodéchets (déchets alimentaires) généralisé à l’ensemble des habitants. Cette mesure est pourtant rendue obligatoire par la loi française et européenne d’ici 2023.

Seulement 16 programmes sur 42 clairement en faveur de la collecte séparée des biodéchets

Résultat global de l’analyse : 16 candidat.e.s s’engagent clairement, par écrit, en faveur d’une collecte séparée des ménages (et éventuellement des professionnels), 18 prévoient une mesure en faveur de la collecte des professionnels, en faveur du compostage de proximité, ou d’expérimentations. 7 n’ont aucune mesure en la matière, et 1 n’est toujours pas publié à date. La synthèse ville par ville est disponible ici.

Zero Waste France fait état de son inquiétude, alors que la mesure est prévue par la loi depuis 5 ans désormais. Selon Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de l’association qui a examiné les programmes, « aux vues des échéances réglementaires et de l’urgence climatique, le prochain mandat municipal sera celui de la généralisation du tri des déchets alimentaires à tous les habitants. Il est très inquiétant de constater que plusieurs candidats ne semblent pas avoir conscience de cela et n’y sont pas préparés ».

Si la généralisation de la collecte séparée n’est pas envisagée dans tous les programmes, la plupart mentionnent a minima le compostage collectif ou « de quartier », éventuellement la collecte des biodéchets des professionnels (gros producteurs), ou prévoient des expérimentations. Ces mesures dénotent d’une certaine « prise de conscience » des candidats et leurs équipes, et sont préférables à l’absence totale de propositions sur la gestion séparée des biodéchets. Mais il convient de relever que si le compostage peut être pertinent en ville, cette pratique ne suffira pas à capter de manière suffisante les biodéchets des habitants dans ces agglomérations denses. Une action forte envers la collecte séparée des biodéchets est ainsi nécessaire.

Enfin, l’analyse révèle un engagement variable selon les villes. En effet, aucun candidat ne porte clairement cette mesure à Lille ou Nice alors qu’à Bordeaux par exemple, elle fait presque consensus avec trois programmes classés « vert », tout comme à Paris où la collecte des biodéchets est déjà en cours de déploiement depuis 2017.

Mandat 2020/2026, le mandat du tri à la source des biodéchets

Le tri à la source des biodéchets a fait son apparition dans la loi de transition énergétique du 17 août 2015, laquelle prévoyait sa généralisation d’ici à 2025, de sorte que « chaque citoyen ait à sa disposition une solution lui permettant de ne pas jeter ses biodéchets dans les ordures ménagères résiduelles« . En 2018, la directive européenne relative aux déchets a ramené cette date pour toute l’Europe au 31 décembre 2023 (article 22 de la directive n°2008/98). Plus récemment encore, la loi anti-gaspillage du 10 février a clairement rappelé que « cette obligation s’applique […] y compris aux collectivités territoriales dans le cadre du service public de gestion des déchets».

Il s’agit d’une politique structurante dans la mesure où les déchets organiques représentent environ 30% des ordures ménagères résiduelles (le plus souvent incinérées, dans ces agglomérations). Triés à la source par les ménages, ces biodéchets peuvent pourtant devenir des composts utilisables en agriculture, après une éventuelle phase de production énergétique par méthanisation.

___________________

Méthodologie – En lien avec le Réseau Action Climat (RAC) et le Pacte pour la Transition, qui ont sélectionné dix mesures pour évaluer l’impact environnemental des programmes des candidats (alimentation, transports, urbanisme…), Zero Waste France a analysé la mesure relative à la collecte séparée des biodéchets. Les verbatims des programmes ont été regroupés (tableau disponible sur demande), puis notés selon un code couleur vert (programme clairement favorable à la collecte séparée des biodéchets), orange (programme peu clair, ne se prononce que sur le compostage de proximité ou un gisement spécifique, prévoit des expérimentations…) ou rouge (absence de mention). La synthèse ville par ville est disponible ici.

Pour aller plus loin – A l’occasion des élections municipales, Zero Waste France a publié l’ouvrage « Territoires Zero Waste – guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets » (éditions Rue de l’Echiquier). Détaillant neuf chantiers clés et la méthodologie pour diriger un territoire vers le zéro déchet, il se fonde sur des retours d’expérience chiffrés et compile les meilleures pratiques des collectivités en la matière.

25 mars 2020

Réseau Zero Waste France : la barre des 100 groupes locaux dépassée !

Le développement exponentiel du réseau des groupes locaux Zero Waste France et de leurs actions ces derniers mois témoigne de l’intérêt grandissant des citoyens pour la démarche zéro déchet. Retou[...]

01 mars 2020

Recrutement d’un·e chargé·e ou responsable des affaires juridiques chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France recrute un·e chargé·e ou responsables (selon niveau d'expérience) des affaires juridiques en CDI.

19 février 2020

Stoppons la vente de vaisselle jetable !

Pour contourner l’interdiction de vendre de la vaisselle en plastique jetable, certaines entreprises se contentent d’apposer sur leurs produits la mention “réutilisable”. Comment pouvons-nous agir[...]

à la une
13 février 2020

Plastique jetable vendu comme “réutilisable” : on ne laisse pas passer !

Le tour de passe-passe est simple et efficace : pour continuer à vendre de la vaisselle en plastique jetable, pourtant interdite depuis le 1er janvier 2020, certaines entreprises se sont contentée[...]

12 février 2020

Réduction des déchets dans la commande publique : ce que dit la loi anti-gaspillage (décryptage 7/7)

La loi économie circulaire modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion avale des déchets... Elle comporte égalemen[...]

12 février 2020

Décharge, incinération, tri des déchets… Ce qui change avec la loi anti-gaspillage (décryptage – 6/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien au zéro déchet... Elle réforme également certains aspects de la gestion des déchets, avec des [...]

06 février 2020

Ce que la loi anti-gaspillage va changer en matière d’information des consommateurs (décryptage – 5/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien aux alternatives. Le texte contient un article qui vise à améliorer l’informat[...]

04 février 2020

STOP PUB : la fin des flyers avec la loi anti-gaspillage ? (décryptage – 4/7)

A la suite de l’adoption de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, le dispositif légal encadrant le STOP PUB évolue. Si des avancées concrètes sont à saluer co[...]

03 février 2020

La loi anti-gaspillage renforce et précise la responsabilité élargie des producteurs (Décryptage – 3/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : information des consommateurs, lutte contre le jetable… Elle réforme également en profondeur les systèmes de Responsabilité éla[...]

23 janvier 2020

Vrac, consigne : la loi anti-gaspillage devrait encourager les alternatives aux emballages jetables (Décryptage – 2/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion des déchets... Elle clarifie et soutient aussi [...]