Municipales : notre analyse des programmes des candidats de 10 villes clés sur le tri des biodéchets

Zero Waste France a analysé le contenu des programmes des principaux candidats à la ville cœur des 10 métropoles françaises les plus émettrices de gaz à effet de serre (Paris, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Nice, Strasbourg, Rouen).

Partager

Constat inquiétant : seuls 16 candidats sur 42 s’engagent clairement en faveur du tri des biodéchets (déchets alimentaires) généralisé à l’ensemble des habitants. Cette mesure est pourtant rendue obligatoire par la loi française et européenne d’ici 2023.

Seulement 16 programmes sur 42 clairement en faveur de la collecte séparée des biodéchets

Résultat global de l’analyse : 16 candidat.e.s s’engagent clairement, par écrit, en faveur d’une collecte séparée des ménages (et éventuellement des professionnels), 18 prévoient une mesure en faveur de la collecte des professionnels, en faveur du compostage de proximité, ou d’expérimentations. 7 n’ont aucune mesure en la matière, et 1 n’est toujours pas publié à date. La synthèse ville par ville est disponible ici.

Zero Waste France fait état de son inquiétude, alors que la mesure est prévue par la loi depuis 5 ans désormais. Selon Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de l’association qui a examiné les programmes, « aux vues des échéances réglementaires et de l’urgence climatique, le prochain mandat municipal sera celui de la généralisation du tri des déchets alimentaires à tous les habitants. Il est très inquiétant de constater que plusieurs candidats ne semblent pas avoir conscience de cela et n’y sont pas préparés ».

Si la généralisation de la collecte séparée n’est pas envisagée dans tous les programmes, la plupart mentionnent a minima le compostage collectif ou « de quartier », éventuellement la collecte des biodéchets des professionnels (gros producteurs), ou prévoient des expérimentations. Ces mesures dénotent d’une certaine « prise de conscience » des candidats et leurs équipes, et sont préférables à l’absence totale de propositions sur la gestion séparée des biodéchets. Mais il convient de relever que si le compostage peut être pertinent en ville, cette pratique ne suffira pas à capter de manière suffisante les biodéchets des habitants dans ces agglomérations denses. Une action forte envers la collecte séparée des biodéchets est ainsi nécessaire.

Enfin, l’analyse révèle un engagement variable selon les villes. En effet, aucun candidat ne porte clairement cette mesure à Lille ou Nice alors qu’à Bordeaux par exemple, elle fait presque consensus avec trois programmes classés « vert », tout comme à Paris où la collecte des biodéchets est déjà en cours de déploiement depuis 2017.

Mandat 2020/2026, le mandat du tri à la source des biodéchets

Le tri à la source des biodéchets a fait son apparition dans la loi de transition énergétique du 17 août 2015, laquelle prévoyait sa généralisation d’ici à 2025, de sorte que « chaque citoyen ait à sa disposition une solution lui permettant de ne pas jeter ses biodéchets dans les ordures ménagères résiduelles« . En 2018, la directive européenne relative aux déchets a ramené cette date pour toute l’Europe au 31 décembre 2023 (article 22 de la directive n°2008/98). Plus récemment encore, la loi anti-gaspillage du 10 février a clairement rappelé que « cette obligation s’applique […] y compris aux collectivités territoriales dans le cadre du service public de gestion des déchets».

Il s’agit d’une politique structurante dans la mesure où les déchets organiques représentent environ 30% des ordures ménagères résiduelles (le plus souvent incinérées, dans ces agglomérations). Triés à la source par les ménages, ces biodéchets peuvent pourtant devenir des composts utilisables en agriculture, après une éventuelle phase de production énergétique par méthanisation.

___________________

Méthodologie – En lien avec le Réseau Action Climat (RAC) et le Pacte pour la Transition, qui ont sélectionné dix mesures pour évaluer l’impact environnemental des programmes des candidats (alimentation, transports, urbanisme…), Zero Waste France a analysé la mesure relative à la collecte séparée des biodéchets. Les verbatims des programmes ont été regroupés (tableau disponible sur demande), puis notés selon un code couleur vert (programme clairement favorable à la collecte séparée des biodéchets), orange (programme peu clair, ne se prononce que sur le compostage de proximité ou un gisement spécifique, prévoit des expérimentations…) ou rouge (absence de mention). La synthèse ville par ville est disponible ici.

Pour aller plus loin – A l’occasion des élections municipales, Zero Waste France a publié l’ouvrage « Territoires Zero Waste – guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets » (éditions Rue de l’Echiquier). Détaillant neuf chantiers clés et la méthodologie pour diriger un territoire vers le zéro déchet, il se fonde sur des retours d’expérience chiffrés et compile les meilleures pratiques des collectivités en la matière.

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]