24 janvier 2019
Laura Chatel

Avancée inédite dans la lutte contre le jetable, à Berkeley (Etats-Unis)

Cette nuit, le Conseil municipal de Berkeley a voté à l’unanimité une délibération visant à limiter les récipients jetables, aujourd’hui massivement utilisés pour la vente à emporter.

Partager

Saluée par de nombreuses associations environnementales, cette décision prévoit notamment d’interdire l’utilisation de contenants jetables pour les repas pris sur place dans les fast-food et de rendre payant l’utilisation de gobelets à usage unique cartonnés, pour inciter les consommateurs à choisir systématiquement l’option réutilisable. Zero Waste France souhaite que cette avancée inédite, qui fait de la lutte contre “le jetable” une priorité des politiques publiques, inspire d’autres villes et Etats à travers le monde, à commencer par la France et ses communes, qui disposent de leviers d’action concrets.

Des interdictions et des incitations économiques pour mettre fin au “tout-jetable”

Avec l’essor de la vente à emporter et de la restauration rapide, la production et la consommation d’emballages à usage unique connaît aujourd’hui une croissance exponentielle, au détriment de l’environnement (consommation de ressources, augmentation des déchets) et de la propreté des rues. C’est à ce fléau que s’attaque la réglementation adoptée la nuit dernière par la ville de Berkeley, qui a estimé que deux tiers des déchets collectés dans les rues étaient des emballages à usage unique destinés à la vente à emporter.

A partir de 2020, les fast-food de Berkeley ne pourront plus servir leurs clients sur place dans des emballages jetables, qu’ils soient en plastique ou en carton, et seront donc contraints de proposer de la vaisselle réutilisable en salle.

Pour la vente à emporter, seuls les emballages réutilisables ou compostables (la ville de Berkeley propose un service de collecte et compostage des déchets organiques) seront autorisés.

Surtout, la ville espère progressivement faire évoluer les pratiques des consommateurs en rendant payant (25 cents) les gobelets jetables cartonnés utilisés pour prendre des boissons à emporter. L’objectif est d’encourager les clients à amener leurs propres contenants ou à utiliser ceux proposés par les commerces. Pour accompagner la pratique, Berkeley a par ailleurs annoncé la mise en place de gobelets réutilisables standardisés et consignés à l’échelle de la ville d’ici 3 ans, similaire à ce qu’a mis en place la ville de Fribourg en Allemagne.

A l’heure où le tout-jetable reste la norme dans le secteur de la restauration rapide, Zero Waste France estime que nous avons besoin de décisions politiques fortes telles que celle prise par Berkeley car elle nous rappelle que cette situation n’est pas une fatalité et que nous pourrions rapidement faire évoluer nos pratiques face à l’urgence environnementale.

Une inspiration pour la France ?

En Europe, la prise de conscience sur l’impact du “tout-jetable” progresse également. En plus de quelques interdictions ciblées (pailles, coton-tiges, touillettes..) la Directive plastique à usage unique qui vient d’être adoptée par l’Union européenne demande aux Etats-membres de réduire significativement leur consommation de contenants et de gobelets en plastique jetables. Ce texte ouvre la voie à l’adoption au niveau national de mesures similaires à celle prises à Berkeley : interdiction de la mise à distribution gratuite d’emballages jetables, interdiction du jetable pour les repas pris sur place, incitations économiques…

En France, si des interdictions étaient d’ores et déjà prévues pour janvier 2020 (gobelets, saladiers, pots à glace..), certaines d’entre elles sont aujourd’hui compromises. Le décret d’application relatif aux gobelets a par exemple considérablement réduit le périmètre de l’interdiction, et pour les autres emballages, des incertitudes sur la définition des produits concernés pourraient rendre la mesure inapplicable en l’état.

Le gouvernement préparant actuellement une loi relative à l’économie circulaire, qui sera la grande loi de son mandat sur ce sujet, il serait inexplicable que n’y figure aucune mesure visant à limiter les emballages jetables et notre consommation de plastique.

Si elles disposent de pouvoirs plus limités que leurs homologues américaines, les collectivités locales françaises peuvent également jouer un rôle pour réduire le recours à l’usage unique. Marchés publics, arrêtés municipaux, dispositifs incitatifs, Zero Waste France analyse leurs différents leviers d’actions dans une nouvelle publication et les incite à s’en emparer.

Actualités

à la une
29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]