Défi 100 familles à Roubaix : une implication citoyenne

Le Défi Famille de Roubaix lancée par la mairie est un modèle de réussite de mobilisation citoyenne pour la réduction des déchets, surtout que le panel de familles sélectionnées est économiquement, culturellement et socialement très différent, montrant que le mode de vie zéro déchet est accessible par tous.

Partager

Devenir une ville “zéro déchet”. C’est l’objectif ambitieux que s’est fixé la ville de Roubaix depuis l’année dernière. Le “défi 100 familles” lancé par la mairie en janvier est une des premières pierres de la démarche.

Le principe est simple et l’expérience a d’ailleurs déjà été menée dans d’autres communes. Il s’agit de sélectionner des familles volontaires dont l’objectif durant plusieurs mois sera de réduire autant que possible leur production de déchets (moins 50 % en 1 an pour les familles de Roubaix). Des pesées régulières et le récit des participants via un blog ou une page sur les réseaux sociaux permet de suivre les avancées de chacun. L’expérience roubaisienne semble particulièrement intéressante et efficace en la matière.

Un dispositif efficace

En premier lieu, la centaine de familles volontaires sélectionnées présente une grande diversité économique, sociale et culturelle. On y trouve des familles d’élus municipaux, des ménages vivant en pavillon ou en habitat social, des commerçants, des habitants déjà sensibilisés aux problématiques environnementales ou au contraire très éloignés de ces préoccupations. Ce panel représentatif permet d’expérimenter l’application d’un mode de vie “zéro déchet” dans des contextes très différents et de “tester” des solutions variées selon les foyers. Le raisonnement derrière l’implication des familles dans le défi lancé n’est d’ailleurs lui-même pas unique. Ainsi, si certaines mettent en avant l’aspect environnemental, d’autres insistent sur les gains économiques réalisés grâce au “fait maison” et à l’achat en vrac.

En second lieu, l’implication de la mairie et les moyens affectés au développement et au suivi du dispositif du défi 100 familles sont conséquents. Chaque famille est invitée à peser de manière hebdomadaire ses déchets et à transmettre les données à la ville. Les agents municipaux s’enquièrent régulièrement des avancées des participants. Si cela n’évite pas les abandons en cours de route, ces contacts réguliers permettent de tisser des liens intéressants entre services de la ville et familles engagées.
Un site internet dédié a également été lancé et des ateliers sont organisés pour apprendre à réaliser les gestes qui permettent de réduire les déchets (faire un compost, fabriquer soi-même ses cosmétiques, cuisiner les restes…). Ouverts aux familles volontaires, ils permettent aux participants de se rencontrer, d’échanger les bonnes pratiques et les astuces du quotidien et d’apprendre les bons gestes.

Un levier pour la mobilisation autour du zéro déchet

Et le dispositif fonctionne bien. Après quelques mois, les familles engagées depuis le début de la démarche ont diminué leurs déchets de 30% à 50% en moyenne. Certaines ne produisent même quasiment plus de déchets non recyclables.

Surtout, au delà du résultat en termes de réduction des déchets, Roubaix a su faire de ce “défi 100 familles” l’un des fers de lance de la mobilisation citoyenne et de la communication autour de son objectif “zéro déchet”. Les familles engagées contribuent à diffuser les bonnes pratiques auprès de leur entourage, de leurs collègues de travail ou des commerces de proximité. L’opération 100 familles complète alors utilement d’autres initiatives lancées par la ville à destination des commerçants par exemple. Le défi est également mis en avant dans la communication de la ville. En accueillant Béa Johnson, célèbre auteur du livre Zéro déchet fin mars pour une conférence, la ville a pu ainsi mettre un nouveau coup de projecteur sur ces familles de citoyens volontaires. Ce faisant, la mobilisation citoyenne commence à prendre autour de l’objectif “zéro déchet” de la ville et sera sans doute un des facteurs majeurs de réussite de la démarche. Largement transposable à d’autres territoires, l’expérience roubaisienne pourrait bien inspirer d’autres collectivités.

Actualités

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

à la une
04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]