Une ZAD sur le site de l’incinérateur d’Echillais

Après l'autorisation d'exploiter un incinérateur et un TMB, une Z.A.D. s'est montée depuis le 31 décembre 2014 sur le terrain qui doit accueillir le nouvel incinérateur à Echillais.

Partager

Cela fait déjà plusieurs années que Zero Waste France suit de près la reconstruction d’un incinérateur à Rochefort – Echillais. Après de nombreux échanges dont une intervention infructueuse de Ségolène Royal (« si les élus concernés ont la capacité d’inventer le futur, ils renoncent à cet incinérateur » avait-elle affirmé le 30 septembre dernier à l’antenne de France Inter), le Syndicat intercommunautaire du littoral (SIL) a été autorisé le 15 octobre 2014 par arrêté préfectoral à exploiter un incinérateur d’une capacité de 69 000 tonnes par an. Un TMB d’une capacité de 85 000 tonnes par an a également été autorisé, ce qui va à l’encontre des objectifs de généralisation du tri à la source des biodéchets issus de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, qui prévoit que cette technique devrait être « évitée ».

Plusieurs recours ont été engagés en réponse. Un premier a été introduit par Pays Rochefortais Alert’ contre le plan départemental de prévention et de gestion des déchets, trop peu ambitieux s’agissant notamment de la gestion des biodéchets. Un autre, auquel Zero Waste France est partie, vise à contester le permis de construire l’usine. Enfin, PRA a récolté plus de 12 000€ afin de financer le recours imminent contre l’autorisation d’exploiter.

Dernier rebondissement en date : le 31 décembre dernier s’est spontanément constituée une Zone à défendre (ZAD). Entre vingt et trente personnes occupent en permanence le terrain sur lequel doit être construit l’incinérateur. Ce mouvement citoyen a été très bien accueilli par la population, puisque plusieurs réunions publiques ont été organisées par les occupants (notamment le 8 janvier puis tous les dimanches suivants), et ont rassemblé jusqu’à 800 personnes !

Le SIL a saisi la justice afin d’obtenir leur expulsion : le 12 janvier 2015, le Tribunal administratif de Poitiers a ainsi enjoint aux personnes identifiées de libérer les lieux, et autorisé le recours à la force publique le cas échéant. Le Tribunal a notamment estimé que cette présence d’individus extérieurs à l’usine de compostage située à proximité constituait un risque pour la sécurité des personnes et des biens, eu égard aux émanations de méthane. Il a également souligné que l’entrave à l’accès risque de porter atteinte au bon fonctionnement du service public de traitement des déchets. Pour l’instant le site est toujours occupé dans le calme.

Au-delà de la contestation du projet, c’est aussi un mouvement de proposition de solutions alternatives qui germe. Ainsi, la création d’un « collectif zéro déchet » est imminente, dans le but de promouvoir la réduction des déchets à la source ainsi que des traitements plus respectueux de l’environnement. On ne peut évidemment que soutenir cette initiative qui fait souffler un vent nouveau sur la politique de gestion des déchets.

Suivre la page facebook des Zadistes : https://www.facebook.com/ZoneADefendreEchillais

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]