19 novembre 2023
Marine Bonavita

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices qui font du zéro déchet un pilier incontournable de leur pratique sportive. Retour sur les interventions et les conseils de cette soirée.

Partager

Les acteurs·rices de cette table ronde

Nous avons convié trois acteurs·rices qui agissent à des échelles différentes pour développer le modèle zéro déchet dans le sport. Aline Gubri, conférencière en transition environnementale, auteure et consultante, incite à passer à l’action et à changer nos pratiques à l’échelle individuelle grâce notamment aux réseaux sociaux. Benjamin de Molliens, conférencier et éco-aventurier a lui lancé le projet “Expédition Zéro” pour faire des aventures sportives et itinérantes mêlant défis sportifs et messages de sensibilisation aux enjeux environnementaux, le tout en mode zéro déchet. Enfin, Justine Birot, responsable transition écologique de l’Ecotrail Paris a eu l’opportunité d’intégrer des actions zéro déchet dans les événements sportifs.

De l’action individuelle à l’action collective : une étape cruciale à franchir

Pour pratiquer un sport, on a forcément besoin d’équipement. Cet acte d’achat est donc synonyme de consommation de ressources pour fabriquer vêtements, chaussures ou encore accessoires. A titre d’exemple, les chaussures de sport produisent l’équivalent de 21 kg de plastique et de fibres synthétiques [1]. Mais il existe des alternatives pour éviter le neuf. On peut favoriser l’achat de seconde main (en achetant notamment en ressoucerie), emprunter ou encore louer. Zero Waste France, dans sa contribution au cahier des charges de la filière REP textile en 2022 adressée au Ministère, propose la mise en place d’un objectif de réutilisation de 65 % minimum des tonnages collectés chaque année pour la filière REP des textiles, chaussures et linge de maison (TLC) tandis qu’il est actuellement fixé à seulement 20 % minimum d’ici 2025.

Cependant, il est crucial que les actions ne s’effectuent pas qu’à l’échelle individuelle. En effet, il faut un changement de modèle dans l’organisation d’évènements pour aller vers une réduction massive des impacts des différentes pratiques sportives. Les collectivités ont également un rôle central à jouer dans la transition écologique du secteur sportif : elles doivent proposer un accompagnement des clubs à l’adaptation de leurs pratiques et soutenir  les initiatives de réemploi d’équipements sportifs ou encore le prêt de matériel.

Les évènements sportifs, un modèle à repenser

Bien que les évènements sportifs soient synonymes de moments de bonheur et de partage, teintés de dépassement de soi, ils sont aussi fortement générateurs de déchets. De nombreux événements sportifs organisés en France sont sponsorisés par des marques qui utilisent cette vitrine pour redorer leur image, alors qu’elles gaspillent des ressources naturelles et produisent beaucoup trop de déchets. Une étude a révélé que plus de 250 contrats de sponsoring ont été passés entre plusieurs entreprises, notamment celles qui investissent dans les énergies fossiles, et des grands clubs et organisations dans plusieurs sports à l’échelle mondiale [2].

La nécessité de faire évoluer les modèles de sponsoring a été au cœur du débat de la table-ronde. Les acteurs·rices du domaine du sport devraient pouvoir davantage négocier des partenariats avec des entreprises plus vertueuses pour intégrer la démarche zéro-déchet.

L’Ecotrail de Paris, un exemple à suivre

Repenser les évènements sportifs pour qu’ils aient moins d’impact : c’est le pari de l’Ecotrail Paris. Pas de distribution de bouteilles en plastique, de gobelets en plastique, de médailles ou encore de tee-shirts. Les organisateurs ont également préféré privilégier des points de ravitaillement en vrac en eau et un travail avec un fournisseur en alimentation bio et locale sans que cela augmente les coûts. À la clé, des bières locales, des confitures, des produits locaux pour les gagnants.

Pour l’organisation d’évènements sportifs zéro-déchet, Zero Waste France met à disposition des organisateurs, professionnels comme amateurs, un guide en 12 actions afin de leur donner les clés de réussite.

Le sport, un levier pour rassembler les publics autour des pratiques zéro-déchet

Avec 60 % des 15 ans ou plus qui pratiquent une activité sportive au moins une fois par semaine (INJEP), le sport est particulièrement mobilisateur, et donc un immense levier de sensibilisation à la réduction des déchets et du gaspillage. Utiliser l’image positive du sport pour embarquer le grand public vers des pratiques plus vertueuses en utilisant les émotions, c’est le pari des intervenant·es.

Les calendriers sportifs vont également devoir s’adapter avec le dérèglement climatique. Un nouveau rapport du WWF France prévoit en France, 24 jours de pratique en moins par an dans un monde à +2°C, et jusqu’à 2 mois dans un monde à +4°C. Tandis que les hausses des températures représentent un sérieux danger pour la santé des sportifs, la montée des eaux devrait, d’ici 2050, inonder près d’un quart des stades de la ligue anglaise de football (ONU).

Des évolutions réglementaires encore trop timides au regard des enjeux environnementaux

Ces échanges auront également été l’occasion de rappeler quelques avancées réglementaires qui contraignent les organisateurs d’événements comme l’obligation au 1er septembre 2024 de ne pas recourir à des emballages en plastique à usage unique aux points de ravitaillements. Mais également d’aborder les mesures adoptées pour les Jeux Olympiques 2024. En effet, des obligations ont été imposées comme la réduction de moitié des plastiques à usage unique, l’absence de plastique à usage unique pour les repas des athlètes et équipes, l’utilisation de gourdes sur tous les sites olympiques et l’installation de fontaines “Eau de Paris”. 

Cependant, au-delà de ces échanges, il est important de rappeler que même si ces actions vont dans le bon sens, elles sont insuffisantes au regard des changements à effectuer pour répondre aux défis de l’urgence environnementale. Zero Waste France appelle ainsi tous les acteurs de l’événementiel sportif, clubs, fédérations, collectivités, organisateurs d’événements, à redoubler d’efforts, ne serait-ce que sur la suppression d’usage unique lors d’événements, car c’est possible et faisable.

[1] ADEME, « Modélisation et évaluation des impacts environnementaux de produits de consommation et biens d’équipement », 2018.

[2] Franceinfo Sport, « De la Coupe du monde de rugby aux Jeux olympiques, quand les entreprises polluantes profitent du sport pour laver leur image », 2023.

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]

10 novembre 2023

Les microplastiques : des ennemis invisibles mais dangereux

Encore peu étudiés, les microplastiques impactent de façon significative les écosystèmes et la santé humaine. Les études, encore préliminaires à ce sujet, sont déjà alarmantes, révélant une potent[...]