Dico Déchets

Compost

27
09
  • Couv-default

Nom masculin issu du latin composte (mêlé, composé, mis ensemble).

Le compost est issu d’un procédé biologique de transformation des déchets organiques ou biodéchets (les déchets verts de jardin, de cuisine, etc.) en présence d’oxygène. Le processus comprend une phase de dégradation, sous l’action de bactéries puis de champignons, et une phase de maturation qui transforme la matière organique décomposée en compost mûr, un produit organique relativement stable et riche en humus. Plusieurs conditions doivent être réunies pour que le procédé se déroule correctement, notamment une aération adaptée et un bon équilibre entre les différents types de déchets (matières carbonées et azotées).

Le compost est un fertilisant naturel : il contient azote, phosphore, potasse, calcium, magnésium, et autres oligoéléments… et tout cela sans recours à la pétrochimie. Au-delà de ses qualités nutritives, le compost, en tant qu’amendement naturel, améliore aussi la structure des sols : il retient l’eau et favorise la présence d’êtres vivants et de micro-organismes indispensables à l’aération et l’assainissement de la terre.

Processus naturel contrôlé par l’homme pour le rendre plus rapide, le compostage ne se réduit pas à une seule technique. Il peut être réalisé tant à l’échelle individuelle que collective (composteurs collectifs, plateformes de compostage) et en milieu rural comme en ville (compost en pied d’immeuble, lombricompostage). En France, la qualification de "compost" est soumise au respect d’une norme (NFU 44-051), mais les valeurs limites en polluants retenues ne font pas l’unanimité. On tolère par exemple la présence de 750 g de plastique pour 1 mètre cube de compost produit…

Il faut rester vigilant car le terme de compost peut être utilisé abusivement pour qualifier des résidus d’ordures ménagères brutes, issus de procédés industriels tels que le traitement mécano-biologique (TMB) qui rendent hasardeuse l’obtention d’un produit de bonne qualité, en autorisant la présence d’éléments indésirables (verre, plastiques, métaux lourds, etc.). En effet, le compost issu de TMB (et donc de nos "poubelles de tous les jours") peut être utilisé en agriculture s’il répond aux exigences de la norme. Lorsqu’on sait qu’aujourd’hui encore une pile sur trois est jetée aux ordures (avec son lot de plomb, cadmium, mercure, nickel, etc.), souhaitons-nous réellement faire de l’engrais à partir de nos poubelles non triées ?

Un compost de bonne qualité sera donc logiquement obtenu à partir de déchets organiques collectés à la source, qui n’ont pas été mélangés et pollués par d’autres types de déchets. Et composter ses déchets organiques, qui ont la caractéristique d’être très humides, c’est aussi réduire de 30 % au moins le poids de la poubelle qui part en incinérateur ou en décharge.

Afficher les commentaires (0)