Retours d'expériences

Les écoliers de la Vallée de Montmorency se mettent au compostage

20
12
  • Article_composteurs_collectifs

Depuis septembre 2011, le Syndicat Emeraude développe et encourage les initiatives de compostage dans les écoles et les cantines de son territoire. Une manière efficace de valoriser de grandes quantités de déchets organiques et de sensibiliser les enfants aux conséquences du gaspillage alimentaire.

Le Synd
icat Emeraude a en charge la prévention, la collecte et le traitement des déchets sur un territoire de 17 communes et 274 000 habitants, situé dans le Val d’Oise. Engagé depuis 2011 dans un Plan Local de Prévention des Déchets puis lauréat de l’appel à projet “Territoires Zéro Déchet Zéro Gaspillage” du Ministère de l’Environnement, le Syndicat a notamment misé sur la promotion du compostage de proximité pour détourner les déchets organiques des poubelles et permettre leur valorisation. La collectivité a ainsi distribué 7500 composteurs individuels à prix réduit, et ce sont désormais 17 % des foyers pavillonnaires qui sont équipés. Elle anime régulièrement des ateliers de compostage dans son jardin, ouverts à tous les habitants

Mais les ménages ne sont pas les seuls producteurs de déchets organiques. Les restaurants scolaires produisent également beaucoup de déchets alimentaires qui, s’ils ne sont pas collectés séparément, finissent incinérés. Transformés en compost, ces gisements de biodéchets deviennent pourtant une matière précieuse. Par ailleurs, le tri à la source des biodéchets pour les gros producteurs est devenu obligatoire depuis la loi « Grenelle II » du 12 juillet 2010.

“Ici, les déchets de la cantine se transforment en compost”.

Pour capter et valoriser ces déchets, le Syndicat a misé sur l’installation de composteurs à proximité des écoles et des sites de restauration collective. Ils sont accessibles aux enfants, qui participent à l’entretien et à la production de compost. Une bonne façon de compléter les actions mises en place pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

La première réalisation est le fruit d’un partenariat entre Terre de Lombric, une entreprise spécialisée dans le compostage en établissement scolaire et la ville de Saint-Gratien et ses  restaurants scolaires. Engagée en avril 2014 sur cinq cantines, cette démarche a ensuite été étendue aux quatre autres sites de restauration scolaire. Les quantités de biodéchets produites par chaque site de restauration ont d’abord été calculées pendant une semaine, afin de déterminer la taille des composteurs. Variant de 3 à 5 m3, ils ont été fabriqués à partir de palettes réutilisées. Le fait que les repas ne soient pas préparés sur place a ajouté une complexité supplémentaire: en effet, la plupart des déchets alimentaires qui arrivent dans le composteur sont cuits et requièrent donc d’autant plus d’attention pour que le compost produit soit de bonne qualité.

L’expérience de Saint-Gratien a néanmoins été un succès, grâce à l’implication progressive des agents municipaux et notamment des personnels de cantine et d’animation: ce sont eux qui aident les enfants à trier leurs assiettes en fin de repas, à transporter les déchets jusqu’aux composteurs dans des bioseaux, les recouvrir de broyat et brasser le compost. La formation des animateurs et leur implication dans le fonctionnement des composteurs sont donc primordiales.


© Terres de Lombric

Une collaboration avec les services des espaces verts

Cette première expérience a inspiré d’autres villes du territoire, et notamment la commune de Franconville (33 000 habitants). Ce projet a été piloté par les élus en charge du développement durable et de l’enfance au sein de la mairie, soutenus dans la mise en œuvre par le Syndicat Emeraude, qui a notamment financé l’étude de faisabilité, la formation des animateurs et l’ensemble des composteurs grande capacité mis en place. Sur les 6 écoles de Franconville, 5 tonnes de déchets ont pu être valorisées depuis la mise en service des composteurs en mai dernier. 1100 litres de compost ont été produits entre mai et octobre: ce compost est utilisé par les écoles qui le souhaitent mais surtout par les services des espaces verts de la ville, qui ont un véritable besoin de cette matière fertilisante. Ce sont également eux qui fournissent l’ensemble du broyat nécessaire à l’équilibre du compost, qui veillent à la bonne utilisation des composteurs (tri correct des biodéchets, brassages effectués régulièrement). Enfin, ils effectuent les tâches plus lourdes comme le retournement des composteurs.

“La collaboration avec les services des espaces verts est une condition indispensable à la réussite des opérations de compostage dans les écoles” explique Claire Verbeke, chargée de mission prévention au Syndicat Emeraude. La maintenance des composteurs doit faire partie de la charge de travail d’au moins un agent, qui s’implique sur le long terme. “A Franconville, une employée des espaces verts passe une fois par semaine sur chaque site pour s’assurer du bon fonctionnement des composteurs et de la qualité des déchets organiques jetés. Finalement, c’est elle qui a le plus de contacts avec les animateurs scolaires”.

Du compost de qualité et des écoliers impliqués

Les premiers résultats montrent que l’expérience du compostage à l’école marche bien: le compost produit est de bonne qualité, grâce à l’implication de tous les acteurs municipaux et des enfants. Les écoliers ont adopté ces nouvelles habitudes de tri dans leurs cantines et participent volontiers aux activités de brassage et de récolte du compost produit. Pendant la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, le Syndicat Emeraude a proposé à toutes les communes de son territoire de visiter les installations de compostage.

Déjà 15 écoles et cantines scolaires pratiquent le compostage. Trois nouvelles écoles de Franconville devraient bientôt recevoir leurs composteurs et le Syndicat ne compte pas s’arrêter là. A Montigny-lès-Cormeilles, la demande est cette fois venue des personnels d’animation. Le Syndicat leur fournira les composteurs de grands volumes, en échange de l’engagement des services municipaux à participer aux activités.


Afficher les commentaires (0)