Actualité

Fiscalité écologique : la frilosité du gouvernement a assez duré

04
06
  • Article_10728kxkcmxoip7

Suite au report de la plénière du Comité pour la fiscalité écologique qui devait ce jeudi 5 juin être le lieu de la discussion autour de l’avis proposé par le groupe de travail déchets, les ONG ont publié un communiqué de presse pour faire savoir leur mécontentement.

Si l’avis déchets qui allait être proposé ne satisfait pas du tout le Cniid, le désintérêt pour la fiscalité écologique dont fait preuve le gouvernement avec ce nouveau report ajoute au raz-le-bol. Loin d’être une "fiscalité punitive" comme l’a déclaré la nouvelle ministre de l’Ecologie dès son arrivée, la fiscalité écologique est indispensable pour donner de la cohérence au système et parvenir à des objectifs de préservation des ressources et de réduction des pollutions qu’il est urgent de mettre en œuvre. Sans fiscalité, les objectifs fixés resteront de l’ordre de l’incantation. Sans une taxation de 20 cts par sac, l’Irlande n’aurait par exemple jamais réussi à réduire de 80% sa consommation de sacs plastiques en quelques années.

A un an de la conférence internationale sur le climat à Paris, l’objectif que s’est fixé le gouvernement de rejoindre la moyenne européenne en matière de fiscalité écologique est loin d’être atteint. Le moment n’est donc pas venu d’enterrer le comité pour la fiscalité écologique, mais plutôt de l’encourager à proposer des mesures justes et efficaces pour le projet de loi de finances pour 2015, à commencer par une trajectoire ambitieuse pour la contribution climat énergie.

Voir le communiqué de presse

Afficher les commentaires (0)